31.10.2019 / news

Dernier update de nos projets en cours (juin 2022)

Extension du centre d’aide post-traumatique Shalom

Le terrorisme de Boko Haram dans le nord-est du Nigeria et les attaques des combattants peuls contre les villages chrétiens de la Ceinture centrale frappent durement les croyants de ces régions. Grâce à votre soutien, Portes Ouvertes a ouvert en 2019 un centre pour venir en aide aux personnes traumatisées par ces attaques. Début 2022, des travaux visant à étendre les bâtiments y ont eu lieu. 

Ils comprennent un agrandissement des salles de repas et de séminaires et la construction de chambres pour 35 victimes de violences supplémentaires. Le besoin est urgent, car la violence contre les chrétiens dans le nord du Nigeria n’a jamais été aussi grande. Le centre s’est ouvert en mars 2019, avec la vision de pouvoir offrir aux chrétiens traumatisés un traitement plus large de leurs traumatismes.

Citation: Ces deux dernières années, le centre a pris en charge au moins 1500 femmes, hommes et enfants.

Selon des études documentées, la violence – et notamment les viols – n’a jamais été aussi élevée. Jusqu’ici, le centre ne pouvait héberger que 15 per­sonnes à la fois. Les consultations et le suivi durent cinq jours, mais les gens doivent souvent rester plus longtemps. C’est le cœur lourd que nos collaborateurs doivent souvent refuser des personnes qui ont besoin d’une prise en charge urgente. La possibilité d’accueillir 35 victimes supplémentaires à la fois pourra faire passer le nombre annuel de bénéficiaires de 720 à 2880. Beaucoup d’entre eux sont des veuves dont le mari a été as­sassiné par des terroristes, des femmes qui ont été violées ou des enfants devenus orphelins.

«J’ai bien dormi pour la première fois»

Lors d’une thérapie pour des survivants de Kaduna, un participant, dont la petite fille avait été tuée à coups de machette sous ses yeux, a dit: «Depuis ce jour-là, j’étais comme étourdi. Je n’arrivais pas à faire mon deuil et à surmonter ma douleur. Pendant le programme, je me suis effondré et j’ai pu pleurer pour la première fois. Cette nuit-là, j’ai bien dormi pour la première fois, sans cauchemars.»

Notre coordinateur sur place ajoute: «Nous remercions Dieu pour les nombreuses formations déjà dispensées. Priez pour qu’il protège le centre, le personnel, les bénévoles et les personnes que nous recevons.»

Informations: avril 2022

Les soins post-traumatiques changent des vies : lisez l’interview de Tirham.