13.05.2016 / Syrie / news

Les chrétiens d'Alep se trouvent au cœur des combats entre les forces gouvernementales et l'opposition. Leur souffrance est extrême.

«C'était horrible. La bombe que les rebelles ont délibérément lancée sur le quartier chrétien a tout soufflé. On ne compte plus les maisons détruites, comme celle où vivait Fouad. Il est mort sur le coup. Il avait 13 ans», rapporte Jean-Clément Jeanbart, évêque d'Alep.

Les parents de Fouad n'ont pas pu assister aux funérailles de leur fils: ils étaient dans le service des soins intensifs, à l'hôpital.

Le 3 mai, c'est la maternité qui a...

29.04.2016 / Inde / news

Pour avoir refusé de prier une divinité hindoue, un pasteur et sa femme enceinte ont été agressés. Leur église a été incendiée.

Ils forment un jeune couple pastoral. Dinbanhu Sameli, 30 ans, et son épouse Meena, 26 ans, qui est enceinte de sept mois, dirigent une église dans le district de Bastar, au sein de l'Etat de Chhattisgarh.

Le 17 avril vers 19 heures, deux jeunes hommes se sont approchés du pasteur qui se trouvait devant sa maison, juste à côté de l'église. Ils lui ont dit qu'ils venaient de l'église voisine et ils ont demandé la prière. Soudain, ils ont brandi un...

22.04.2016 / Turkménistan / news

Le camp chrétien pour enfants était prévu pour cet été. La police secrète du Turkménistan a prévenu le pasteur qu'il ferait mieux d'y renoncer.

Pour le pasteur de l'église de Mary, ville située sur l'ancienne route de la soie, l'avertissement donné par les agents de la police secrète turkmène sonne comme une menace: «Ils nous ont demandé de ne pas organiser le camp pour enfants prévu cet été. Sinon, le ton changerait.»

En 2013, des officiers de police avaient déjà effectué une «visite» sur le site où se déroulait le camp des enfants, mis en place par la même église.

21.04.2016 / Syrie / news

Les femmes sont souvent des victimes indirectes de la persécution, lorsque leur mari est tué ou emprisonné. Mais elles sont aussi, toujours plus souvent, des cibles directes. Les violences, y compris sexuelles, sont employées de façon stratégique comme une arme par des extrémistes de toute sorte, en particulier en Afrique et au Moyen-Orient.

15.04.2016 / Nigeria / news

Ils n'ont plus revu leurs filles depuis deux ans. A Chibok, les parents entretiennent une lueur d'espoir malgré leur douleur.

Hier, cela fesait exactement deux ans. Le 14 avril 2014 à trois heures, des extrémistes du groupe islamique Boko Haram enlevaient 275 lycéennes à Chibok. 47 d'entre elles ont pu échapper rapidement à leurs ravisseurs, mais on est toujours sans nouvelles des 228 autres restées captives.