22.09.2017 /
Yémen
/ news

Yémen: Prêtre indien enfin libéré

Il était pendant 18 mois entre les mains des islamistes au Yémen. Chrétiens et politiciens indiens ont exprimé leur soulagement après la libération du prêtre indien Tom Uzhunnalil, âgé de 58 ans. «Nous sommes heureux, les mots nous manquent pour exprimer notre joie», a dit son cousin à l'agence de presse chrétienne World Watch Monitor.

Le 4 mars 2016, des islamistes avaient attaqué un foyer de personnes âgées dans la ville portuaire d'Aden. Parmi les seize personnes qu'ils ont tuées se trouvaient des seniors, des employés et des religieuses. Ils ont également enlevé le prêtre salésien Tom Uzhunnalil qui vivait au Yémen depuis cinq ans. Il avait intégré la résidence gérée par «les Missionnaires de la charité», l'ordre fondé par Mère Teresa, après l'incendie criminelle de son église à Aden en 2015. Après son enlèvement, à Noël 2016, une vidéo a été postée sur internet, dans laquelle le prêtre visiblement très affaibli demande au gouvernement indien et à l'Eglise d'intervenir en faveur de sa libération. Il a redemandé de l'aide dans une deuxième vidéo qui a circulé en mai 2017. Face aux démarches répétées de sa famille auprès du gouvernement, ce dernier lui a assuré qu'il ferait tout son possible pour «ramener le prêtre sain et sauf.»

La pression sur les chrétiens s'intensifie au Yémen depuis des années, notamment par des groupes islamiques extrêmes qui peuvent opérer pratiquement sans entrave depuis le déclenchement de la guerre, au printemps 2015, entre des rebelles Houthi et le gouvernement. La population apprécie le service des religieuses et l'aide qu'elles apportent aux pauvres. La plupart des chrétiens étrangers ont quitté le pays, les chrétiens autochtones sont tous d'origine musulmane. Le Yémen occupe la 9ème place sur l'Index mondial de persécution 2017 et sera l'un des trois pays phares lors du Dimanche de l'Eglise persécutée le 12 novembre prochain.

(Photo: Tom Uzhunnalil via WWM/ Archidiocèse de Bombay)