12.06.2015 /
Turquie
/ news

Turquie : Quatre députés chrétiens au parlement

Les résultats des élections législatives du 7 juin propulsent quatre membres de la minorité chrétienne au parlement.

Le parti de la justice et du développement (AKP) du président Erdogan a connu un net recul aux élections de dimanche dernier, avec moins de 41% des suffrages contre 49% aux dernières législatives de 2011. Il perd sa majorité absolue, ouvrant la voie à la pluralité et à la représentation de la minorité chrétienne (0,4 % de la population).

Markar Esayan est chroniqueur au quotidien pro-gouvernemental Yeni Sakak. Ce citoyen turco-arménien entre au parlement sous l'étiquette du parti AKP.

Deux autres chrétiens sont issus du Parti Démocratique du Peuple (HDP): Garo Paylan, d'origine arménienne, et Erol Dora, de la communauté syriaque orthodoxe.

Selina Dogan, membre du Parti Républicain du Peuple (CHP), est la toute première femme députée. D'origine arménienne, cette jeune avocate chrétienne lutte pour le respect des Droits de l'Homme auprès des minorités. Le chef du parti CHP l'a présentée comme «ayant un message important pour le monde», en ajoutant: «Nous refusons la division de la société. Nous voulons grandir ensemble.»

Récemment, une délégation de chrétiens turcs s'est rendue à Erevan pour commémorer le centenaire du génocide arménien. «Solennellement, nous demandons pardon pour les actes que nos ancêtres ont commis», ont-ils déclaré en présence de pasteurs arméniens qui, après avoir prié ensemble, ont répondu: «Aujourd'hui, vous écrivez l'Histoire.»

Après 13 ans de domination, le parti islamo-conservateur se présentait pour la première fois affaibli face aux électeurs, victime du déclin de l'économie et des critiques sur la dérive autoritaire de son chef historique.

Le pays, qui s'est détourné de l'Europe et a rompu son alliance avec Israël, se rapproche du monde musulman. L'Etat jusqu'ici laïc se base aujourd'hui sur les valeurs islamiques et les chrétiens sont confrontés à de nombreuses restrictions, notamment pour l'accès à l'emploi. La Turquie se situe au 41e rang de l'Index mondial de persécution.

(Photo: Chrétiens turcs et arméniens au mémorial du génocide, à Erevan)