29.05.2015 /
Turkménistan
/ news

Turkménistan : Culte de la personnalité accru et surveillance renforcée

Tandis que les chrétiens sont de plus en plus étroitement surveillés, le président turkmène a fait ériger une statue à sa propre gloire.

L'hymne national a retenti ce lundi 25 mai à Achkhabad, capitale du Turkménistan, pour inaugurer une statue de 21 mètres de hauteur recouverte d'or. Elle représente le président Gourbangouly Berdymoukhanmedov, une colombe à la main droite, monté sur son cheval favori au sommet d'un rocher. L'imposant monument marque un pas de plus dans le culte de la personnalité, cher au président.

Déjà son prédécesseur, Saparmyrat Nyýazow, qui s'était donné le titre de «Turkmenbasy» (guide des Turkmènes), avait établi un culte de la personnalité omniprésent durant son mandat présidentiel dès 1991 et jusqu'à sa mort en 2006. Lui aussi avait fait ériger nombre de statues de sa personne dans tout le pays, et notamment une, dans la capitale, qui pivotait pour suivre la trajectoire du soleil (photo).

Loin des parades officielles, les quelque 95'000 chrétiens voient leurs libertés se restreindre. Le pasteur Zaurbek* en sait quelque chose: son frère travaillant pour une télévision chrétienne en Europe, des agents scrutent nuit et jour ses moindres déplacements et communications.

Nurjamal* est lui aussi pasteur. La police le suit partout, ce qui l'empêche de visiter les membres de l'église locale. Dès qu'il entre quelque part, la maison est aussitôt fouillée et, si une bible est trouvée, l'amende est pour lui. Son épouse sait qu'en raison de sa foi, elle peut perdre à tout moment sa place de médecin à l'hôpital.

Quant à Khadisha*, enseignante, elle a été «invitée» à fournir des informations sur les chrétiens de sa connaissance par des agents secrets. Comme elle refuse de parler, ils reviennent régulièrement à la charge.

Les chrétiens qui participent à des réunions illégales chez des particuliers ou sont en possession de bibles et de littérature religieuse risquent des amendes. Depuis peu, ils sont en plus menacés d'emprisonnement par la police. Ainsi, les croyants se réunissent de plus en plus dans des endroits isolés, ou de nuit, pour célébrer leurs cultes. Ils craignent également que les autorités leur coupent l'accès à l'eau ou au gaz, ou confisquent leurs terrains. *Prénoms fictifs

.