26.08.2021 / news

SYRIE: Joseph ouvre le premier café-restaurant d’Erbin

« La guerre n’aura pas le dernier mot. Au milieu des destructions, il y a aussi des signes lumineux d’espoir, grâce auxquels on voit que tout n’est pas tristesse et désespoir », dit un collaborateur de Portes Ouvertes en parlant des 1734 projets de subsistance lancés avec l’aide de Portes Ouvertes. Rencontre avec Joseph, un des bénéficiaires, à Erbin, près de Damas.

La guerre fait rage depuis plus de dix ans. Tous les habitants d’Erbin, un faubourg de Damas, ont dû fuir en juillet 2012 devant la progression de la milice. Joseph Hakimeh a fui lui aussi à Damas. Quand le gouvernement a repris la zone en 2018, les gens sont peu à peu revenus. Grâce à votre soutien, Joseph (42 ans) a récemment ouvert un café-restaurant, l’un de nos cinq projets générateurs de revenus dans la région.

Joseph se souvient du temps qui a suivi l’attaque de 2012, lorsqu’il a dû quitter sa maison : « Ce furent des jours difficiles. Que devions-nous faire ? Où aller ? J’ai une famille à nourrir. J’avais étudié les infrastructures électriques, mais je n'ai pas trouvé un bon travail. Nous avons vécu des moments difficiles. »

« Je me suis promis de ­revenir »

Dès que la route d’Erbin a été rouverte, Joseph est allé voir sa maison, mais tout était détruit. « C’était un choc. Mais je n’ai pas voulu renoncer et je me suis promis de revenir. » Très vite, l’idée lui est venue d’ouvrir un restaurant à Erbin. « Il n’y en avait plus un seul dans le voisinage. J’en ai parlé au Père Daniel de la paroisse locale. »

Joseph n’est pas retourné immédiatement dans sa ville. De nombreux chrétiens qui avaient fui les zones occupées par les rebelles ont peur de revenir. Ou ils ne le peuvent simplement pas parce qu’ils n’ont plus de maison.

Puis, début 2021, le café-restaurant « Al Yousef » a pu ouvrir, le premier à Erbin. « Ici, les jeunes peuvent se rencontrer, on peut jouer à des jeux, regarder le football, manger agréablement en famille. Notre salle peut aussi servir à des conférences : récemment, un médecin est venu y donner un cours de formation pour les femmes. C’est la seule salle spacieuse de notre ville. »

« Mes enfants sont pour moi une source d’espoir »

Joseph explique d’une voix confiante et ferme : « Je suis né ici, ma femme et mes trois enfants aussi. Je veux m’installer à nouveau ici avec ma famille. La ville d’Erbin est très accueillante pour les familles. L’Église nous a appris la fidélité et l’entraide et que nous sommes une famille. Il est important pour moi que mes enfants le sentent également. Je suis très optimiste pour l’avenir ; mes enfants sont une source d’espoir pour moi. »

Joseph est reconnaissant de l’aide financière qu’il a reçue pour créer son entreprise. « Votre soutien permet véritablement à des familles de renaître de leurs cendres. Vous donnez à des personnes brisées et épuisées une dose d’espoir et d’optimisme. Que Dieu vous bénisse. »

Par l’intermédiaire de nos partenaires locaux, souvent liés aux centres d’espoir, et grâce à votre aide, nous avons investi dans 1734 projets générateurs de revenus en 2019 et 2020. Cela nous a permis d’aider des personnes comme Joseph à ouvrir un restaurant, un magasin, une petite usine ou un atelier, ou à agrandir leur exploitation agricole.

Tiré du magazine d'e septembre 2021