03.03.2017 /
Soudan
/ news

Soudan: Petr Jasek est libre!

Il avait été condamné à 23 ans et 6 mois de prison! Petr Jasek, chrétien tchèque impliqué dans l'action humanitaire au Soudan, est libre et a regagné son pays.

Quel soulagement pour Petr, 53 ans! Sa libération intervient moins d'un mois après la terrible condamnation prononcée contre lui le 29 janvier par le juge du tribunal de Khartoum: 23 ans et 6 mois de prison pour de fausses accusations d'espionnage. Petr avait été arrêté le 10 décembre 2015, lorsque les autorités ont saisi son ordinateur et son téléphone alors qu'il tentait de quitter le Soudan.

Petr a passé 14 mois dans cinq prisons différentes. «Les deux premiers mois ont été très éprouvants, car je partageais ma cellule avec des membres du groupe Etat Islamique, qui m'ont humilié à cause de ma foi chrétienne. Ensuite, ce fut de pire en pire: coups, torture psychologique… l'une des prisons s'appelle 'le réfrigérateur', car les prisonniers sont constamment soumis à des courants d'air froid. C'est terrible», a-t-il déclaré à son retour à Prague en compagnie du ministre tchèque des affaires étrangères. Ce dernier avait fait personnellement le voyage à Khartoum pour s'assurer de la libération. Ses amis l'ont trouvé en bonne santé, bien qu'il ait perdu 25 kg durant son incarcération.

Dimanche 26 février, au cours d'une conférence de presse avec son homologue tchèque, le ministre soudanais des Affaires étrangères avait annoncé la libération de Petr Jasek, gracié par le président Bashir.

Quelques jours après l'arrestation de Petr, trois autres hommes avaient été interpellés: Abdumawla, employé d'une compagnie minière, et deux pasteurs, Taour et Shamal. Les trois accusés ont été maintenus à l'isolement sans aucun contact avec leur famille pendant des mois. Tandis que le pasteur Shamal a été libéré le 4 janvier 2017, Abdumawla et le pasteur Taour ont été condamnés chacun à douze ans de prison pour «complicité d'espionnage». Pour eux, la lutte pour la liberté continue.

(Photo: De gauche à droite: Le pasteur Hassan Taour, Abdulmonem Abdumawla et Petr Jasek)