03.02.2017 /
Soudan
/ news

Soudan: Condamnés à 23 ans et à 12 ans de prison!

Arrêtés en décembre 2015, trois chrétiens viennent d'être sévèrement condamnés au Soudan. Sur place, c'est la consternation.

23 ans et 6 mois de prison! La peine la plus lourde revient à Petr Jasek, chrétien de nationalité tchèque investi dans l'action humanitaire. Quant au pasteur Hassan Kodi Taour et à l'étudiant Abdulmonem Addumawla, chacun écope de 12 ans d'emprisonnement.

Depuis le départ de leur compagnon de détention, le pasteur Kuwa Shamal le 2 janvier, les trois chrétiens maintenus en prison avaient espoir qu'ils seraient à leur tour libérés.

C'est le contraire qui s'est produit le 29 janvier, quand le verdict est tombé: coupables! Les avocats des trois chrétiens condamnés ont décidé de faire appel. L'espoir n'est pas perdu.

C'est pour avoir aidé Ali Omer, blessé lors d'une manifestation anti-gouvernementale, que ces hommes ont été gravement mis en cause par les services soudanais du Renseignement.

Les chefs d'accusation (espionnage, incitation à la haine sociale, diffamation à l'encontre de l'Etat entre autres) auraient pu entraîner la peine capitale.

Les nombreux chrétiens présents à l'énoncé du verdict ont été profondément consternés et attristés. La mère du pasteur Hassan a été si choquée qu'elle s'est évanouie. Elle a dû être emmenée à l'extérieur du tribunal.

Les lettres accompagnées des prières de la communauté chrétienne soudanaise ont commencé à affluer pour soutenir Petr Jasek, Hassan Kodi Taour et Abdulmonem Addumawla. Cette décision de justice provoque une vive émotion en République tchèque et dans de nombreux pays, suscitant d'autres messages d'encouragement en faveur des trois chrétiens condamnés.

En 2015, deux pasteurs sud-soudanais, Michaël Yat et Peter Yen, avaient été poursuivis pour sept chefs d'accusation factices. «Priez pour que cette épreuve soit à la gloire de Dieu», avait déclaré Peter Yen. Quelques semaines plus tard, ils étaient libérés.

(Photo: Le pasteur Hassan Kodi Taour)