18.03.2016 /
République centrafricaine
/ news

République centrafricaine: Nouvel espoir après les élections

Nouveau président, nouvel espoir? Réconciliation et restauration sont les défis majeurs du gouvernement, auprès duquel l'Eglise a un rôle décisif à jouer.

Des défis de taille attendent le président centrafricain et son gouvernement, à commencer par la réconciliation entre chrétiens et musulmans. «Nous devons créer les conditions d'un dialogue entre les deux communautés. Nous ferons tout notre possible pour que les Centrafricains puissent vivre ensemble», a déclaré le nouveau président, M. Touadéra, dont la Cour constitutionnelle centrafricaine a confirmé l'élection le 1er mars par 63 % des voix. M. Touadéra, 58 ans, est un chrétien qui a été Premier ministre du président Bozizé avant la crise de 2013.

Selon le Programme Alimentaire Mondial des Nations Unies, au moins la moitié de la population est menacée par la faim, la production agricole ayant chuté de moitié en raison de la crise.

En collaboration avec le chef religieux de la communauté musulmane du pays, des représentants de différentes églises s'engagent depuis des années pour la fin des combats et la réconciliation, efforts qui ont d'ailleurs été primés par l'ONU.

Tant l'église catholique que les églises de l'Alliance évangélique avaient organisé des conférences à l'approche des élections présidentielles. Leur but, entre autres choses, était d'encourager la population au vote, d'éviter toute provocation ou violence et d'inviter les électeurs à considérer les candidats au-delà de leur appartenance tribale.

Depuis le début du conflit, Portes Ouvertes a pu offrir une aide d'urgence, équiper les chrétiens pour apporter un accompagnement post-traumatique et mettre en place des formations à la réconciliation. Beaucoup de travail reste à faire, avec l'espoir que le pays trouve la stabilité et l'harmonie.

(Photo: Réfugiés dans la cour d'une église)