10.08.2022 /
Qatar
/ news

Qarar: 101 jours avant la Coupe du monde des 1001 nuits

La minorité chrétienne du pays hôte de la Coupe du monde subit toujours de fortes pressions. 

Le 12 août, le compte à rebours  indiquera 101 jours avant la Coupe du monde au pays des 1001 nuits. Si tout est sous contrôle au niveau sportif, il en n’en est rien sur le plan du respect de la liberté de religion dans ce pays. En effet, alors que les chrétiens étrangers peuvent se réunir pour des services religieux, les chrétiens locaux n'ont pas le droit de le faire.

 
La communauté des chrétiens présents au Qatar est en premier lieu constituée d’étrangers et complétée de travailleurs migrants. Les conditions de vie et de travail difficiles des travailleurs migrants sont encore aggravées par d’autres discriminations. Cette discrimination n'est pas liée en premier lieu à la foi, mais elle touche des milliers de chrétiens. 

Mais il existe également un groupe de chrétiens constitué par le petit nombre de convertis qui se sont détournés de l'islam pour se tourner vers la foi chrétienne. Ces derniers sont soumis à une pression extrême de la part de leurs familles musulmanes et des membres de leur entourage social. Le changement de religion ne peut pas être reconnu officiellement, au Qatar. Lorsque c’est tout de même le cas, la conversion entraîne des problèmes juridiques ainsi que la perte du statut, de la garde des enfants et des biens. Les convertis chrétiens locaux et étrangers sont menacés de discrimination, de harcèlement et de surveillance policière. 

Nouvelles restrictions d’après Covid

Avec l’arrivée du Covid-19, les 157 lieux dans lesquelles les rassemblements chrétiens étaient tolérés ont dû fermer leurs portes. Après la pandémie, seules 61 ont pu être rouvertes pour des célébrations religieuses, le gouvernement ayant modifié certaines règles concernant les réunions. 

Seuls les étrangers ont l'autorisation d'avoir leurs propres églises au Qatar, les chrétiens locaux ne sont pas autorisés par les autorités à assister à ces services ni à posséder leurs propres bâtiments religieux. Les croyants qataris sont très peu nombreux, ils sont généralement livrés à eux-mêmes et sont souvent contraints de vivre leur foi en cachette. 

De nombreuses églises étrangères 

L'Alliance chrétienne évangélique du Qatar (ECAQ) est un réseau de communautés étrangères présentes au Qatar, une organisation religieuse reconnue qui a la possibilité d'implanter une église et de pratiquer librement sa religion à l'intérieur du pays d'accueil.  

L'Alliance compte plus de 90 églises membres, dont la plupart sont philippines, mais elle compte également des églises africaines, indiennes et népalaises. 

«Les Qataris ont peur» 

«Un tournoi comme la Coupe du Monde de football met le pays sous la loupe», explique Daniel (prénom d’emprunt), qui coordonne le travail de Portes Ouvertes dans la péninsule arabique. 
«Les Qataris ont peur que leur culture soit remise en question pendant la Coupe du monde», explique une travailleuse immigrée chrétienne. «Il y a une tension entre l'austérité de la culture qatarie et la culture mondiale. J'espère et je prie pour que cette incertitude soit levée et que tous les visiteurs qui viendront pour cet événement aient un impact positif. Nous espérons qu'il y aura des changements durables. Nous avons vu des changements positifs en matière de justice sociale, par exemple». 

Les convertis en grand danger 

Les droits des convertis chrétiens d'origine musulmane sont massivement bafoués. Dans le contexte de la culture tribale arabe, un changement de foi n'est pas seulement considéré comme une trahison de la foi islamique, mais aussi comme une rupture avec la famille, la tribu et l'identité ethno-nationale arabe. Celui qui se détourne de l'islam est considéré comme un apostat et s'est rendu coupable d'un crime punissable au Qatar. 
Ces convertis sont discriminés et harcelés par la société, et risquent même la mort. Ils subissent de violentes pressions de la part des membres de leur famille, de leur employeur et de leur environnement social pour qu'ils renient leur foi chrétienne, qu'ils soient des convertis locaux ou étrangers.