12.02.2016 /
Pakistan
/ news

Pakistan: Chrétiens torturés à mort

Le décès de deux chrétiens pendant leur garde à vue pointe du doigt la discrimination envers la minorité chrétienne.

Tôt dans la journée du 25 janvier, Tariq Masih, un chrétien de 49 ans, est arrêté à son domicile à Satra (nord-est du Pakistan) par la police qui le conduit au commissariat. Placé en garde à vue et torturé, ce père de 7 enfants décède le jour même.

L'épouse de Tariq, Rukhsana Bibi, a déposé une plainte contre quatre policiers, mais aucun d'entre eux n'a été inquiété. Officiellement, Tariq Masih est mort d'une crise cardiaque pendant son transfert au poste. Une autre source conteste cette version: «La police n'a pas présenté le rapport d'autopsie, ce qui laisse à croire qu'elle cache quelque chose. Tariq Masih a été tué sous la torture, et rien d'autre. Les policiers ne sont même pas en mesure de nous dire pourquoi il a été arrêté.»

Le 15 janvier dernier, un autre chrétien, Liaqat Masih, a déjà été brutalisé à mort sous les yeux de son fils à Gujanwala, dans la même région. Il semblerait que l'accusation pour vol ait été faite après son décès. Ceux qui le connaissaient sont certains que Liaqat était innocent: «En tant que chrétiens, haïs par les musulmans, nous sommes confrontés à un risque accru de fausses accusations», dit l'un d'eux.

Il existe une forte tendance montrant que les chrétiens sont particulièrement exposés à la torture, la discrimination et l'injustice de la part des autorités. Dans un système corrompu qui les relègue à la pauvreté et au désespoir, ils sont souvent accusés à tort et servent de boucs émissaires sur lesquels des policiers passent leur colère.

Par l'intermédiaire de partenaires sur place, Portes Ouvertes soutient les chrétiens pakistanais par différents projets comme la formation biblique et professionnelle, des séminaires sur la persécution, des cours d'alphabétisation et des microcrédits.