11.03.2016 /
Pakistan
/ news

Pakistan: Chrétiens inquiets après l’exécution de l’assassin du gouverneur Taseer

Ce 29 février, cinq ans après le meurtre du gouverneur de la province du Pendjab, Salman Taseer, le gouvernement du Pakistan a fait exécuter son garde du corps et assassin, Mumtaz Qadri. Les chrétiens craignent maintenant les représailles des extrémistes.

Qadri avait justifié son acte par les critiques répétées de Taseer contre la loi sur le blasphème et son engagement en faveur de la chrétienne condamnée à mort Asia Bibi. Dans tout le pays, une partie de la population avait alors salué en Qadri un «héros» qui avait «défendu l'honneur de l'islam». Plus de deux mille avocats s'étaient proposés pour le défendre gratuitement, tandis que la famille du gouverneur assassiné avait eu les plus grandes difficultés à trouver un imam acceptant de présider à son enterrement.

Pour de nombreux observateurs, le traitement réservé au meurtrier allait être révélateur de la détermination avec laquelle les autorités pakistanaises entendaient mener leur lutte contre le terrorisme islamique. Dès la publication du verdict, le juge responsable de la condamnation à mort de Qadri, Pervez Ali Shah, a été déplacé en Arabie saoudite pour une longue durée afin de préserver sa sécurité. Après l'exécution de Qadri par pendaison, de nombreux extrémistes ont juré de se venger et les chrétiens savent qu'ils risquent à nouveau d'être des cibles.

Le jour même de l'exécution, de premières émeutes ont éclaté dans plusieurs villes du Pakistan. Beaucoup de chrétiens sont restés enfermés chez eux. Un jeune chrétien de Peshawar a déclaré: «Mourir pour ma foi en Jésus, c'est une chose; mais je ne veux certainement pas mourir parce que quelqu'un est en colère contre le gouvernement à cause de l'exécution d'un criminel musulman.» Son ami a ajouté: «Aujourd'hui, j'ai pour la première fois l'impression que le gouvernement fait vraiment quelque chose pour la justice!» Les réactions des chrétiens ne sont cependant pas unanimes. Les uns admirent la fermeté dont les autorités ont fait preuve face à l'extrémisme. D'autres déplorent encore une vie perdue pour rien. Les médias sont restés très discrets sur l'exécution pour ne pas envenimer la situation.

Parallèlement, la communauté chrétienne pakistanaise attend avec un mélange d'anxiété et d'espoir le procès en appel d'Asia Bibi. Les auditions devraient commencer bientôt d'après son avocat Saif-ul-Malook. Cette procédure, elle aussi, sera suivie avec la plus grande attention à l'étranger.

(Photo: Asia Bibi et Salman Taseer)