04.03.2016 /
Nigeria
/ news

Nigeria: Les églises s'unissent face à la violence

Les églises du Nigeria s'engagent ensemble à soutenir les chrétiens au nord du pays qui subissent depuis plus d'une décennie une violence persistante.

En collaboration avec l'Association Chrétienne du Nigeria (CAN), Portes Ouvertes a récemment sorti un rapport alarmant sur l'impact de la persécution des chrétiens dans le nord du pays. Sur cette base, les églises et la CAN ont publié une déclaration conjointe le 24 février dernier à Abuja, la capitale, lançant un appel au gouvernement pour mettre fin aux violences et garantir la liberté religieuse sur tout le territoire nigérian.

«Pour la première fois, nous signons un acte qui montre le vrai visage de la persécution que subissent les chrétiens dans ce pays», a dit le pasteur Musa Asake, secrétaire général de la CAN.

De 2006 à 2014, les chrétiens au nord du Nigeria ont été gravement persécutés: au moins 11'500 ont été tués et 1,3 million ont fui vers des régions plus sûres. Plus de 13'000 églises ont été détruites ou fermées.

La situation s'est encore aggravée au cours de ces deux dernières années, sous la violence perpétrée par Boko Haram, le groupe terroriste le plus meurtrier au monde, mais pas seulement. En 2015, les attaques des bergers peuls musulmans ont déplacé plus de 40'000 chrétiens. Les élites religieuses et politiques locales sont également responsables d'exactions envers les chrétiens.

Les conclusions du rapport sont inquiétantes: «De plus en plus marginalisés, les chrétiens ont une liberté de culte très limitée et n'ont guère accès à l'emploi, au logement et à l'éducation. Sans véritable voix, la communauté chrétienne risque de disparaître du nord du pays.»

En revanche, l'accueil favorable du rapport publié par la CAN donne de l'espoir. Car il a tiré la sonnette d'alarme et permis aux églises du sud de prendre conscience de la situation au nord. Face à ce défi majeur, l'unité retrouvée entre les églises est indispensable. En collaboration avec la CAN,

Portes Ouvertes compte intensifier ses engagements dans plusieurs domaines: aide d'urgence, accompagnement post-traumatique, formation biblique, projets de formation professionnelle et socio-économiques.

(Photo: Représentants de la CAN pendant une réunion le 23 février 2016)