15.05.2015 /
Nigeria
/ news

Nigeria : dans l’attente des filles de Chibok

150 femmes libérées le 1er mai, 25 autres le 7 mai… Depuis la fin avril, les revers sont quotidiens pour les islamistes de Boko Haram retranchés dans la forêt de Sambisa, à l'extrême nord-est du Nigeria. Ces victoires ont rapidement soulevé la question des 232 lycéennes enlevées dans l'enclave chrétienne de Chibok en avril 2014. Certaines se trouveraient-elles parmi elles ? « Hélas, il semble que non et cela nous attriste profondément », dit l'ancien ministre de l'Éducation.

Les filles de Chibok : une priorité

Parmi les femmes libérées, aucune ne les a vues avec certitude. L'une d'elles déclare avoir entendu des terroristes dire que les filles de Chibok avaient été mariées de force ou vendues comme esclaves, mais un peu d'espoir renaît. L'épouse du nouveau président, M. Buhari, affirme que « la libération des lycéennes retenues par Boko Haram est l'une des priorités immédiates de son mandat. »

Un pasteur prie et jeûne pour ses filles

Dans une récente entrevue à la BBC, le pasteur Mark décrivait l'enlèvement de ses deux filles, la poursuite des ravisseurs et comment, depuis lors, son épouse et lui font face aux rumeurs continuelles. Sa fille aînée aurait été lapidée pour avoir refusé de renier sa foi. « Même si elle a été mise à mort, je suis fier que ma fille ait fait preuve d'une telle foi », a déclaré ce pasteur qui prie, jeûne et espère toujours revoir ses enfants. Depuis, le bruit court que sa fille est vivante…Légende photo : Femmes et enfants secourus par l'armée nigériane.