27.11.2015 /
Nigeria
/ news

Nigeria: Boko Haram recule mais vise toujours les chrétiens

Boko Haram, qui a perdu une partie de son territoire au Nigeria, multiplie ses attaques au Cameroun, au Tchad et au Niger.

Le déplacement de la menace terroriste confronte ces pays frontaliers à une violence sans précédent. Les cibles de Boko Haram restent les chrétiens, mais aussi les musulmans considérés comme trop modérés. Une rescapée se souvient du face à face avec les terroristes: «Chrétiens ou musulmans? - Chrétiens. - Couchez-vous sur le bord de la route!»

«Je pensais qu'ils tiraient en l'air, mais j'ai réalisé qu'ils venaient d'abattre mon mari et mes deux fils. J'ai été capturée.»

Suleiman* supervise le travail de Portes Ouvertes dans la région: «Cette situation résulte de l'intolérance croissante à l'égard des chrétiens. Dès les années 1990, ils ont été privés de leurs droits fondamentaux, comme l'accès à certains emplois. Les programmes scolaires ont été modifiés dans les écoles, où des imams radicaux ont semé la haine dans l'esprit des jeunes. Ainsi, nous avons récolté la violence contre les chrétiens.»

Avec 6664 tués à son actif en 2014, le groupe Boko Haram est le plus sanguinaire de la planète, devant Daesh et ses 6073 victimes.

Des opérations militaires ont permis de libérer des dizaines de villes et de villages tenus par les rebelles, mais le groupe radical a intensifié les attentats au Nigeria et au-delà des frontières avec le Cameroun, le Tchad et le Niger pour y instaurer la charia. «Chaque semaine des vagues de réfugiés arrivent de tous côtés. Nos églises sont débordées», s'alarme le pasteur Heteck, un Camerounais.

Malgré les risques, Portes Ouvertes et les églises locales soutiennent les chrétiens de cette région face à la persécution.

*Nom d'emprunt(Photo: Ces pasteurs nigérians réfugiés au Cameroun reçoivent des bibles de Portes Ouvertes.)