30.06.2016 / news

Nigeria: 13'000 églises fermées

En même temps que Portes Ouvertes faisait paraître un rapport d'analyse, de nombreuses églises affiliées à l'Association chrétienne du Nigeria publiaient une déclaration historique. Dans ce texte, elles s'engagent à mieux soutenir les chrétiens opprimés du nord du pays.

L'Association chrétienne du Nigeria (CAN) est le plus grand groupement d'églises du pays, qui rassemble des communautés protestantes, évangéliques, pentecôtistes et catholiques. Ses représentants ont réagi à l'évolution toujours plus menaçante des événements en franchissant un pas historique: "Pour la toute première fois, nous nous adressons au public par une déclaration commune", souligne le pasteur Musa Ake, secrétaire général de l'association. "Nous voulons faire connaître l'ampleur de la persécution que subissent des chrétiens dans notre propre pays."

Un rapport de 48 pages
Ce communiqué s'appuie sur l'étude menée en commun par Portes Ouvertes et la CAN, qui documente entre 2006 et 2014 les meurtres de 11'500 chrétiens et la destruction ou la fermeture de 13'000 églises dans le Nord du Nigeria. Il y est aussi question des 1,3 million de chrétiens déplacés.
Les conséquences de la violence sur la situation des chrétiens et sur la coexistence des chrétiens et des musulmans sont immenses. Un grand nombre des personnes interrogées témoignent de discrimination, de haine, de ségrégation et de violences vécues au quotidien. Beaucoup sont traumatisées. Près de deux tiers des pasteurs notent que la fréquentation de leur église a diminué à cause des agressions.

Trois sources de persécution
Les chrétiens ne sont pas seulement victimes de la violence aveugle de Boko Haram, un des groupes terroristes les plus meurtriers au monde. Les musulmans haoussas et peuls, éleveurs de troupeaux, et l'élite politique et religieuse musulmane sont également des acteurs importants de la persécution des chrétiens, leur but étant de renforcer l'identité et de favoriser les intérêts des musulmans. Le mari de Christina* a été tué en 2015 par des éleveurs peuls, qui ont détruit leur maison et leurs biens, dans l'Etat de Nassarawa. "Nous vivions depuis toujours parmi les Peuls. Nous ne leur avons donné aucune raison de nous tuer. Leurs seules motivations sont religieuses: ils ont voulu nous tuer parce que nous sommes chrétiens." D'après des estimations, 1500 chrétiens auraient été tués en 2015 par des éleveurs haoussas ou peuls. Pour l'ensemble du Nigeria, en 2015, Portes Ouvertes a recensé 4028 meurtres de chrétiens et 198 agressions contre des églises, une augmentation de plus de 60% par rapport à l'année précédente.

De sombres perspectives et un cri d'alarme
Le pasteur Samuel Dali est président de l'Union des Assemblées de Frères, une dénomination très répandue dans les Etats du Nord en proie à des violences massives. Il connaît parfaitement la précarité de la situation locale et la publication du rapport lui donne un espoir: "Par le passé, beaucoup de nos frères et sœurs du Sud étaient totalement ignorants de ce qui se passait au Nord. Les attentats passaient parfois pour ‹une affaire du Nord›. Pendant des années, je me suis senti abandonné, comme si j'étais un étranger parmi les chrétiens. Même des problèmes graves n'étaient pas abordés."

Dali voit donc dans ce rapport un "cri d'alarme" pour les Eglises du Sud, "afin qu'elles se rendent compte que l'extrémisme islamiste et l'islamisation sont une menace pour les chrétiens de tout le pays". Face à cette lourde menace, la solidarité nouvelle entre l'Eglise du Sud et celle du Nord est une question de survie.

Portes Ouvertes fortifie les communautés villageoises chrétiennes discriminées du Nord du Nigeria à l'aide d'un programme de développement global, par lequel l'église locale est activement impliquée dans le développement de tout le village. Pour cela, nous mettons en place des infrastructures comme des écoles, des hôpitaux et des forages de puits. Nos équipes visitent les victimes de persécution et les soutiennent par une aide d'urgence, un accompagnement post-traumatique et des projets visant l'autonomie financière. Portes Ouvertes offre également une formation biblique et distribue des bibles et des bibles pour enfants.

"Ce rapport montre que l'ampleur et les effets de la violence incessante exercée contre l'Eglise sont bien plus importants qu'on ne le pensait. Même si Boko Haram était enfin vaincu, le problème serait encore loin d'être résolu."
JT, directeur de Portes Ouvertes pour l'Afrique de l'Ouest

*Nom d'emprunt.

Mai 2016