26.08.2016 /
Libye
/ news

Libye: Un des endroits les plus dangereux pour les chrétiens

A cause des conditions anarchiques qui règnent depuis la révolution de 2012, la Libye compte parmi les pays les plus dangereux pour les chrétiens. C'est ce que révèle un rapport récent, basé sur les recherches d'un analyste de Portes Ouvertes International (ODI).

L'Eglise en Libye se compose presqu'entièrement de chrétiens étrangers. On estime à 150 le nombre de chrétiens d'origine libyenne sur place, tous les autres proviennent de différents états africains. Les quelque 25'000 chrétiens du pays sont pour la plupart des réfugiés en transit vers le nord et vers l'Europe. L'Eglise n'était certes pas libre de pratiquer sa foi sous le régime de Kadhafi, mais la situation a considérablement empiré selon le rapport précité. Ce mois-ci marque le cinquième anniversaire depuis la chute de Kadhafi. Des rebelles avaient renversé le dictateur de longue date dans le sillage du «Printemps arabe», deux mois plus tard, Kadhafi était tué. Malgré de grands espoirs pour le pays, la situation des chrétiens en Libye s'est dégradée dès lors: l'instabilité politique a été un terreau propice pour les forces extrémistes musulmanes qui ont gagné beaucoup d'influence.

Les chrétiens sont opprimés non seulement par la milice islamiste organisée: selon le rapport, ils subissent également harcèlement et persécution aux mains de la population. Un Nigérian âgé de 29 ans affirme avoir subi des situations menaçantes en pleine rue à plusieurs reprises. «J'ai été attaqué parce que je portais une croix autour du cou. Mes agresseurs m'ont dit que je devais la couvrir.» Certains chrétiens craignent que des efforts soient entrepris pour «éradiquer les chrétiens en Libye». Dans son rapport publié dernièrement, Amnesty International a également attiré l'attention sur la situation des chrétiens en Libye.

Le gouvernement d'union nationale formé en janvier et reconnu au niveau international donne de l'espoir aux chrétiens. Son objectif est d'unir le pays et de rétablir la justice et l'ordre. Les hostilités entre les deux principaux groupes armés ayant désormais été réglées, l'analyste d'ODI espère que le nouveau gouvernement réussira à imposer son autorité: «Même si justice et ordre dans le pays ne signifie pas obligatoirement la liberté religieuse pour les chrétiens, ils seraient néanmoins moins vulnérables face aux attaques.»

(Photo: Eglise de migrants en Libye)