06.11.2015 /
Iran
/ news

Iran: Soins refusés à une chrétienne emprisonnée

Maryam Naghash Zargaran bénéficiait d'une permission de sortie pour être hospitalisée. Elle a pourtant été contrainte de réintégrer la prison, avant la fin de son traitement médical.

Le 27 octobre dernier, le médecin de la prison d'Evin, à Téhéran, prescrivait à Maryam (36 ans) une sortie provisoire de cinq jours en vue d'un séjour à l'hôpital. Mais le procureur général a ensuite refusé cette hospitalisation. Maryam est à nouveau en détention, obligée d'interrompre son traitement médical.

Déclarée comme «détenue spéciale», Maryam est harcelée par les autorités judiciaires qui lui refusent le droit de visite de sa famille tout en lui faisant de fausses promesses de sortie temporaire, malgré son état de santé fragile. Il y a neuf ans, elle a subi une opération cardiaque.

Cela fait plus de 30 mois que Maryam est incarcérée dans le quartier des femmes de la sinistre prison d'Evin. Elle est dans la cible du bureau du renseignement iranien depuis février 2011, lorsqu'elle a été convoquée au sujet de ses activités liées aux églises de maison. Parallèlement à ses interrogatoires successifs, sa famille a été harcelée. Maryam a finalement été arrêtée. Ce même jour, les agents de la sécurité fouillaient minutieusement sa maison, confisquant toute sa littérature chrétienne et des effets personnels.

Immédiatement après son arrestation, Maryam a été transférée à la prison d'Evin pour la prise de ses empreintes digitales, avant d'être admise au centre de détention de Vozara. Là, elle a subi des interrogatoires réguliers pendant cinq jours, avec peu ou pas d'accès à l'hygiène. Les questions portaient sur la croissance rapide de son église de maison, sur les personnes qui la fréquentent et la manière dont les réunions sont conduites. Libérée sous caution, Maryam a été ensuite condamnée à quatre ans de prison le 15 juillet 2013 pour atteinte à la sécurité national. (Source: Mohabat News)

(Photo: Maryam Naghash Zargaran, avant son arrestation)