26.06.2015 /
Irak
/ news

Irak : Un an après l'exode

Un an après la chute de Mossoul, les chrétiens exilés au Kurdistan se sont réunis à Erbil pour prier et célébrer les bontés de Dieu à leur égard.

Parmi les chrétiens réfugiés à Erbil, aucun n'a oublié ces jours d'angoisse, tandis que les combats faisaient rage dans Mossoul, ni ce 10 juin 2014, quand l'armée irakienne a battu en retraite et que leur ville est tombée aux mains de l'organisation de l'Etat Islamique.

«Malgré le couvre-feu, nous avons chargé la voiture, pris nos papiers, des photos, des vêtements et nous sommes partis. Il nous a fallu 12 heures de trajet au lieu d'une heure habituellement pour franchir les quatre points de contrôle. Ensuite, j'ai contacté mon ancien voisin: 50 minutes après notre départ, les djihadistes avaient pris notre quartier», se souvient Rajih*.

Oui, les traumatismes sont encore là, mais les chrétiens tentent de reconstruire leur vie au Kurdistan. Ce 10 juin 2015, ils étaient nombreux à l'église, pour prier. «Ce n'était pas une réunion triste. Nous étions rassemblés pour considérer toute la bonté que Dieu nous a accordée depuis un an et pour compter ses bienfaits», dit Nazim*.

Il poursuit: «Je suis membre d'une petite église où l'on prend bien soin de nous. Maintenant nous occupons un petit appartement à Erbil. Nous y sommes heureux. Ici, les conditions sont favorables pour que ma femme et moi reconstruisions notre vie.»

En collaboration avec des partenaires locaux, Portes Ouvertes continue de fortifier l'église locale au nord de l'Irak.Mais le besoin principal reste l'aide d'urgence pour des milliers de familles chrétiennes réfugiées. Le programme d'aide alimentaire pour l'Irak des Nations Unies étant arrivé à son terme, la famine menace ces chrétiens et d'autres réfugiés. Selon des responsables d'église locaux, nous sommes maintenant l'artère vitale des croyants. C'est pourquoi nous planifions un nouvel effort substantiel pour préserver la vie de ces réfugiés en 2015. Nous vous en informerons prochainement.

*Prénoms d'emprunt (Photo: Camp de réfugiés au nord de l'Irak. 216 familles vivent ici dans des cabines mobiles qui ont remplacé les tentes.)