05.12.2016 /
Indonésie
/ news

Indonésie: Nouvelle manifestation contre le gouverneur chrétien

C'est la deuxième fois en un mois que des dizaines de milliers de manifestants sont descendus dans les rues de Jakarta, capitale de l'Indonésie, pour manifester contre Basuki Tjahaja Purnama, le seul gouverneur chrétien du pays. Ils ont réclamé son accusation pour blasphème et qu'il soit démis de ses fonctions.

Les pancartes affichaient des slogans comme: La majorité musulmane ne veut pas être gouvernée par un non-croyant. Des jeunes montraient la photo de Purnama à travers un viseur, avec un trou de balle entre les yeux. Cette agitation a été déclenchée par certains propos du gouverneur: il avait cité un passage du Coran qui interdit aux musulmans d'utiliser la Coran à des fins politiques.Vidéo manipulée déclenche des accusations de blasphèmeUne vidéo truquée d'un discours du gouverneur apparue sur internet avait irrité de nombreux musulmans qui lui reprochaient d'avoir offensé le Coran. Il avait ensuite présenté ses excuses et des religieux musulmans modérés avaient tenté d'apaiser les esprits. Mais le feu attisé par les groupements islamistes s'était déjà répandu largement. Entretemps, la police a commencé une enquête et interrogé Purnama.

Photo: Manifestants musulmans avec une pancarte

Situation cruciale pour les chrétiens indonésiensLes observateurs s'inquiètent pour l'avenir des minorités religieuses dans le pays qui compte la plus importante population musulmane au monde. Malgré les efforts du gouvernement, la radicalisation des musulmans modérés n'a pas pu être endiguée. De nombreux manifestants se sont trouvés côte à côte avec des extrémistes musulmans lors de la manifestation contre Purnama. Les experts craignent que le pays ne s'oriente vers un islam extrémiste au cas où le gouverneur serait effectivement condamné pour blasphème ou perdrait les prochaines élections à cause de ces accusations. Les islamistes extrémistes tentent de gagner du terrain en Indonésie et ne reculent pas devant les attentats. En août dernier, un jeune homme avait attaqué un pasteur pendant un culte avec une hache. Début novembre, un enfant de deux ans a trouvé la mort dans un incendie criminel perpétré contre une église.