20.09.2018 /
Egypte
/ news

Égypte : funérailles dans la rue pour les coptes

La semaine dernière, les funérailles d’un chrétien copte ont eu lieu en pleine rue dans le village de Dimshau Hashim, à Minya en Égypte. Un phénomène dû au manque d'église. 

La cérémonie funéraire de Wadih Habib Henein, un chrétien de 68 ans, ne s’est pas déroulée comme prévu, ce 6 septembre. Suite à de violentes attaques contre les coptes, les funérailles ont dû avoir lieu en pleine rue. Elle se sont déroulées à Dimshau Hashim, ville situé à 250km du Caire, dans le gouvernorat de Minya en Égypte.

Le vendredi 31 août à Dimshau Hashim, des centaines de villageois en colère ont attaqué des habitations coptes et ont fait 2 blessés. Ils protestaient contre l’organisation d’une réunion de prière au domicile d’un copte. Sans lieu de culte dans la ville, les chrétiens n’ont pourtant pas d’autre choix. 19 personnes parmi les assaillants ont été interpellées.

Dimshau Hashim abrite 30 000 habitants parmi lesquels vit une petite communauté copte de 450 membres. Celle-ci a entamé le 10 septembre un jeûne et prière de trois jours pour la paix dans la ville.

Église fermées : cérémonies dans la rue

Malgré des avancées récentes dans la législation, il reste souvent difficile pour les coptes d'avoir un lieu de culte en raison des pressions des habitants. Dans plusieurs parties du pays, les chrétiens sont obligés de se réunir à l’extérieur à cause de la fermeture de leurs bâtiments. 3 autres cérémonies funéraires ont eu lieu dans les rues ces derniers temps :

·         Les obsèques d’une femme copte ont été célébrées dans les rues du village d’Abu Greer, à l’est de Dimshau Hashim.

·         Le 31 août à Qasr Haidar, un village du gouvernorat d’Asyut cette fois-ci, des funérailles ont aussi eu lieu dans la rue. Les protestations de villageois musulmans contre l’église du village ont motivé sa fermeture.

·         Un autre office funéraire a eu lieu à Dairout, toujours dans le gouvernorat d’Asyut. Les fidèles ont dû l’organiser à l’extérieur de l’église Saint-Moïse, fermée et interdite de réouverture depuis 20 ans.

En Égypte, 17ème dans l'Index Mondial de Persécution des Chrétiens, les fermetures d’églises sont fréquentes.