04.12.2020 / Irak / news

Quelque 200 familles chrétiennes déplacées à l'intérieur de l'Irak retournent actuellement à Mossoul et ses environs au nord du pays. Depuis la conquête de Mossoul et de la plaine de Ninive par les combattants de l’ÉI en 2014, seule une minorité des chrétiens déplacés est revenue. En attendant, un groupe de bénévoles locaux donne un exemple remarquable en derestaurant l'une des églises chrétiennes. «Revenez, Mossoul n'est pas complet sans vous», a déclaré Mohammed Essam, co-fondateur du groupe.

03.12.2020 / Colombie / news

Timóteo a grandi dans une tribu animiste de Colombie qui adore les esprits de la forêt et de la terre et pratiquant des rites ancestraux. Lorsque la famille de Timóteo s’est convertie au christianisme, les gens du village se sont sentis trahis et ont craint que les esprits ne soient irrités contre eux.

03.12.2020 / Irak / news

Fakhri et sa famille vivent dans une relative sécurité à Erbil, dans le nord de l’Irak. Aujourd’hui, il s’est réuni avec seize autres enfants âgés de 8 à 12 ans dans l’église syriaque orthodoxe. Ils sont tout excités et joyeux et se préparent à chanter des chants de Noël. Certains jouent avec leurs feuilles de chant. D’autres écoutent patiemment le père Zachariah répéter sur l’oud, un instrument à cordes en forme de demi-poire. Le sapin, la crèche, les lumières qui scintillent, la musique – tout cela transmet l’esprit de Noël.

27.11.2020 / Colombie / news

En discutant avec Abnober, 22 ans, on imagine difficilement qu’il se réfugiait auparavant dans l'alcool et la drogue. Mais son séjour au centre pour enfants l’a transformé et apporté un changement durable à toute sa famille! En raison de leur foi et de leur engagement dans la lutte contre la drogue, sa mère et perdu son emploi et son père reçoit de menaces de mort. Quant à Abnober, il veut servir la société en tant qu’informaticien.

20.11.2020 / Cameroun / news

Depuis le Nigeria, le groupe islamique Boko Haram a intensifié ses attaques dans le nord du Cameroun. Les enseignants ont fui et au moins 34’000 élèves ont été déplacés à l'intérieur du pays, forcés de fuir leurs villages. C’est ce que Jeannette a vécu lorsque son village, a été attaqué par 300 membres de Boko Haram. L’un de nos partenaires locaux qui s'est rendu sur place pour les funérailles des victimes de l’attaque rapporte: «Les émotions de Jeannette oscillaient entre le choc de la mort de son mari et le soulagement que son fils, Zagba, ait survécu. Elle semblait épuisée.»