10.10.2018 / news

Congo (RDC): 27 chrétiens meurent dans une attaque terroriste

Des hommes armés ont pris d’assaut la ville de Beni, dans la province du Nord-Kivu en République Démocratique du Congo. Parmi les nombreuses victimes, 27 chrétiens ont été massacrés. Les faits se sont déroulés le samedi 22 septembre.

Le 22 septembre dernier en République Démocratique du Congo (RDC), des hommes armés soupçonnés d'être des combattants islamistes du groupe ADF (Forces démocratiques alliées) ont pris d'assaut la ville de Beni, dans la province du Nord-Kivu. 

27 chrétiens, membres d'églises locales de différentes dénominations, figurent parmi les victimes assassinées à la machette ou par balles. De nombreuses personnes ont été blessées.

Selon des sources locales, l’attaque s’est déroulée entre 17h30 et 22h.

«Peu avant 20 heures, ils ont rassemblé les passants et leur ont dit d'attendre sur le bord de la route, avant de les massacrer», raconte un survivant. 

«Ils ont tiré sur tous ceux qui tentaient de s'enfuir. De là, le groupe a également poursuivi et tué d'autres civils qui essayaient de fuir le quartier.»

Les terroristes pris pour des forces gouvernementales

Les assaillants, en grand nombre et équipés d’armes légères et lourdes, ont attaqué par surprise des zones résidentielles de la ville depuis sa banlieue Est. Ils ont réussi à atteindre le centre de la ville. Auparavant, les attaques de l'ADF à Beni se limitaient aux banlieues.

Il semblerait aussi que les attaquants portaient des uniformes militaires, se faisant passer pour les forces armées gouvernementales. Les habitants, confus, pensaient qu’ils venaient les protéger.

Une autre attaque recensée 4 jours plus tôt

Le 18 septembre, dans le village de Kokola à 35 km au nord-est de Beni, une autre attaque elle aussi attribuée à l'ADF a coûté la vie à une chrétienne d'une quarantaine d'années.

Une manifestation contre le meurtre de civils

Des dizaines de personnes ont manifesté dans les rues de Beni pour protester contre le meurtre de civils et exiger du gouvernement une plus grande protection.

Les manifestants ont dénoncé l'incapacité des troupes de l'ONU à empêcher ces attaques qui ont fait plus de 2’500 morts en trois ans dans la région.

La République Démocratique du Congo ne figure pas dans la liste des pays où les chrétiens sont le plus persécutés, mais ces attaques à répétitions déclenchent un vent de terreur parmi la population. Beni, ville majoritairement chrétienne, devient clairement une cible. À cause de cette violence, des milliers de personnes ont été déplacées.