Ouzbékistan
Drapeau
Dirigeant
Shavkat Mirziyoyev
Population
33 649 000
Chrétiens
347 000
Religion principale
Islam
Gouvernement
République autoritaire


Contexte

Tous les pouvoirs sont concentrés dans les mains du président. À la tête du pays depuis 2016, le président Mirziyoyev poursuit la politique répressive menée par l’ancien dirigeant Karimov. Tout mouvement d’opposition et média indépendant est interdit. La liberté de religion et de conviction est inscrite dans la Constitution mais dans les faits, elle n’existe pas.

Le nouveau code pénal, mis à jour en 2021, interdit toujours la distribution de littérature religieuse, les cultes non autorisés par le gouvernement et le fait de « parler de la foi ». Les églises protestantes continuent d’être prises pour cible par les autorités, tandis que les chrétiens convertis de l’islam restent persécutés par le gouvernement et la communauté.

Ce sont les missionnaires nestoriens qui ont introduit le christianisme dans le pays au IVe siècle. Au XIVe siècle, les Mongols au pouvoir décident de se convertir à l’islam. On assiste alors au déclin de l’Église jusqu’au XIXe siècle. Le christianisme fera son retour pendant la Seconde Guerre mondiale avec l’arrivée des Russes et des populations déportées de Russie. C’est au moment de l’indépendance du pays, dans les années 1990, qu’une Église composée d’Ouzbeks voit le jour.  

Situation des chrétiens

Les chrétiens qui font partie des églises protestantes, donc non officiellement enregistrées, sont considérés comme « extrémistes », et comme des espions qui tentent de détruire le gouvernement. Ces chrétiens sont surveillés et leurs églises victimes de descentes de police, d’arrestations et d’amendes.

En outre, tout chrétien qui a quitté l’islam rencontre une pression accrue de la part de sa famille et de sa communauté. Ils peuvent être enfermés, battus ou expulsés de leur communauté.

Exemple de persécution

Au moins 64 chrétiens convertis ont subi des abus physiques et mentaux. Par exemple : coups, menaces, isolement, etc., que ce soit dans la famille, la communauté, le travail ou les études.

Niveau de persécution  

Le haut score dans la vie ecclésiale illustre les nombreuses restrictions qui pèsent sur les églises : interdiction des activités religieuses auprès des mineurs, criminalisation de l’expression de la foi, impossibilité d’accueillir les convertis d’arrière-plan musulman sous peine de problèmes avec les autorités.

Principaux mécanismes de persécution

Extrémisme islamique, Totalitarisme

Persécution

Index mondial: 
21
Classement précédent: 
21