Ouzbékistan
Drapeau
Dirigeant
Shavkat Mirziyoyev
Population
33 236 000
Chrétiens
345 000
Religion principale
Islam
Gouvernement
République autoritaire


Contexte

Tous les pouvoirs sont concentrés dans les mains du président. À la tête du pays depuis 2016, le président Mirziyoyev poursuit la politique répressive menée par l’ancien dirigeant Karimov. Tout mouvement d’opposition et média indépendant est interdit. La liberté de religion et de conviction est inscrite dans la Constitution mais dans les faits, elle n’existe pas. Les responsables d’églises sont particulièrement visés. Les chrétiens sont discriminés dans leur vie quotidienne, sur leur lieu de travail notamment. Cette persécution, qui touche davantage les hommes, a de graves répercussions économiques pour les familles. Ce sont les chrétiens d’arrière-plan musulman qui sont les plus persécutés, à la fois par l’État, leur famille, leurs amis et la société.

Ce sont les missionnaires nestoriens qui ont introduit le christianisme dans le pays au IVe siècle. Au XIVe siècle, les Mongols au pouvoir décident de se convertir à l’islam. On assiste alors au déclin de l’Église jusqu’au XIXe siècle. Le christianisme fera son retour pendant la Seconde Guerre mondiale avec l’arrivée des Russes et des populations déportées de Russie. C’est au moment de l’indépendance du pays, dans les années 1990, qu’une Église composée d’Ouzbeks voit le jour.

Situation des chrétiens

La plupart des chrétiens sont issus des minorités russe et coréenne. Ils appartiennent majoritairement aux églises historiques : orthodoxe, catholique romaine et protestante luthérienne. On compte aussi des chrétiens ouzbeks d’arrière-plan musulman et des chrétiens issus d’églises non traditionnelles comme les évangéliques.

Toutes les églises subissent la pression des autorités. Les orthodoxes sont relativement épargnés parce qu’ils n’essaient pas de toucher la population ouzbèke. Les chrétiens et leurs activités sont surveillés par les autorités et par la société. Les églises non traditionnelles font l’objet de descentes de police, leurs réunions sont interrompues et les chrétiens présents arrêtés, condamnés à des amendes. Posséder ou consulter de la littérature chrétienne est sévèrement limité. Ce sont les chrétiens d’arrière-plan musulman qui sont le plus persécutés à la fois par l’État, par leur famille et leurs amis et par la communauté. Les chrétiennes d’arrière-plan musulman courent le risque d’être enlevées et mariées de force à des musulmans.

Exemples de persécution
  • Printemps 2020 - Des chrétiens ont été exclus de l’aide humanitaire distribuée à la population par le gouvernement dans le cadre de la pandémie de la Covid-19.
  • Janvier 2020 - Trois adolescents, Amina (14 ans), Madina (16 ans) et Zarif (19 ans) ont été malmenés par leur oncle après leur conversion au christianisme. Zarif a été sévèrement frappé et a dû être hospitalisé. 
Taux de persécution par domaine

Le haut score dans la vie ecclésiale est la conséquence de nombreuses restrictions mises en place par les autorités : interdiction de toute activité chrétienne en dehors des murs des églises officiellement reconnues, restrictions à l’importation de littérature chrétienne, interdiction des activités religieuses avec des mineurs, lois contre le prosélytisme…

Principaux mécanismes de persécution

Extrémisme islamique, Totalitarisme

Persécution

Index mondial: 
21
Classement précédent: 
18