Turkménistan
Drapeau
Dirigeant
Gurbanguly Berdimuhamedow
Population
6 031 000
Chrétiens
68 000
Religion principale
Islam
Gouvernement
Etat à Parti unique


Contexte

Au Turkménistan, le président Berdymukhamedov, qui se fait appeler «le protecteur», concentre tous les pouvoirs. Aucune opposition n’est permise. L’État contrôle étroitement tous les aspects de la vie des citoyens. Il n’y a pas de liberté religieuse. L’État est fortement influencé par l’athéisme et entend tenir les religions sous contrôle, même l’islam, alors que la population est à 95 % musulmane. L’État surveille toutes les dénominations chrétiennes présentes dans le pays. Les églises historiques comme les églises orthodoxes russes et les églises apostoliques arméniennes sont aussi concernées. Imprimer ou importer de la littérature chrétienne est soumis à des restrictions. Les chrétiens d’arrière-plan musulman sont les plus persécutés, à la fois par l’État, leur famille, leurs amis et la société.

Les missionnaires nestoriens ont introduit le christianisme au Turkménistan au IVe siècle. Au VIIIe siècle, l’islam est arrivé, chassant les chrétiens. Ils sont revenus au XIXe siècle dans le cadre des campagnes militaires russes. Le christianisme s’est renforcé pendant la Seconde Guerre mondiale avec l’arrivée de populations déportées de Russie. C’est avec l’indépendance du pays dans les années 1990, qu’est née une Église turkmène composée d’autochtones.

Situation des chrétiens

Les chrétiens sont principalement issus des églises historiques et surtout de l’Église orthodoxe. On compte aussi 16’000 chrétiens issus d’églises non traditionnelles comme les évangéliques et 1000 chrétiens d’arrière-plan musulman.

Les services religieux sont surveillés, même ceux des églises historiques. La publication et l’importation de littérature chrétienne sont fortement limitées. Les chrétiens d’arrière-plan musulman sont les plus touchés, persécutés par l’État, leur famille, leur entourage et la communauté. Les églises qui ne sont pas enregistrées officiellement auprès du pouvoir font l’objet de descentes de police, de menaces, d’arrestations et d’amendes. Les chrétiens d’origine musulmane subissent d’intenses pressions pour renier leur foi. Les femmes sont frappées, enfermées chez elles, elles sont menacées, agressées verbalement et physiquement, rejetées par leur famille à cause de leur foi.

Exemples de persécution
  • Mars 2020 - Des femmes chrétiennes ont été arrêtées lors d’une fête d’anniversaire, puis interrogées et détenues pendant plusieurs heures avant qu’une amende ne leur soit infligée pour « rassemblement religieux illégal ».
  • Printemps 2020 - Plusieurs chrétiens souhaitant garder l’anonymat rapportent que les églises sont de plus en plus prises pour cibles par la police et les autorités. Dans la plupart des régions, les réunions publiques sont impensables. Évangéliser est un délit pénal.
Taux de persécution par domaine

La vie ecclésiale est fortement encadrée par l’État, avec d’une part l’interdiction de se réunir en église non enregistrée ou chez un particulier, et de l’autre des restrictions importantes pour enregistrer son église. Les autorités enjoignent les propriétaires à ne pas louer leurs salles ou bâtiments à des chrétiens protestants.

Principaux mécanismes de persécution

Extrémisme islamique, Totalitarisme

Persécution

Index mondial: 
23
Classement précédent: 
22