Koweït
Drapeau
Dirigeant
Nawaf al-Ahmad al-Jabir al-Sabah
Population
4 303 000
Chrétiens
513 000
Religion principale
Islam
Gouvernement
Emirat Constitutionnel


Contexte

Dirigé par un émir, c’est le premier pays du Golfe à s’être doté d’un parlement. Les femmes peuvent voter et se présenter aux élections. C’est aussi celui où les libertés individuelles et la liberté de la presse sont le mieux respectées mais les travailleurs immigrés continuent d’y être maltraités. La liberté religieuse est très limitée et la société est organisée selon un islam conservateur. Les chrétiens expatriés constituent la majorité de la communauté chrétienne. Ils sont relativement libres de vivre leur foi, cependant, les lieux de culte les accueillant ne sont pas en nombre suffisant ce qui entraîne des tensions entre dénominations. En outre, il est très difficile d’obtenir un local pour en faire un lieu de rassemblement. Le reste de la communauté chrétienne est composé de chrétiens d’arrière-plan musulman.

Lors de fouilles archéologiques, une église et un monastère ont été retrouvés, attestant d’une présence chrétienne dans la région au IVe siècle. Le christianisme revient en 1903 grâce aux protestants. En 1926, la première église anglicane a été construite. En 1937, la découverte du pétrole dans le pays entraîne l’arrivée de travailleurs immigrés qui apportent avec eux de nombreuses autres dénominations chrétiennes.

Situation des chrétiens

Obtenir de nouveaux lieux de culte est extrêmement difficile pour les travailleurs immigrés. Les églises ne peuvent être construites que par des citoyens du Koweït, or aucun d’entre eux ne veut prendre le risque d’afficher sa conversion. Il existe également des chrétiens autochtones d’arrière-plan musulman mais ces lieux de culte leur sont interdits.

Les chrétiens d’arrière-plan musulman, qu’ils soient locaux ou expatriés, sont ceux qui souffrent le plus, persécutés par leur famille et leur entourage. Ils sont discriminés, harcelés, surveillés par la police, intimidés et menacés par les islamistes les plus radicaux. Ils sont également confrontés à des difficultés juridiques car changer de religion leur est légalement interdit. Quitter l’islam n’est pas reconnu officiellement. Il arrive très rarement que des chrétiens soient tués ou emprisonnés pour leur foi.

Le Koweït est un petit pays où la capitale s’impose comme le centre névralgique. La persécution que les chrétiens expérimentent dépend plus de la communauté où ils vivent que de leur position géographique. Les convertis subissent la pression de leur famille, les immigrés sont discriminés par leur employeur à l’exception des Occidentaux.

Taux de persécution par domaine

La famille reste la première source de persécutions au Koweït. Les convertis qui quittent l’islam apportent le déshonneur à leur famille qui leur refusera leur part d’héritage. Selon la loi islamique, les enfants héritent de la religion du père. Donc leurs enfants seront toujours considérés comme musulmans. De plus, une Koweïtienne ne peut légalement épouser un non musulman, alors que l’inverse est autorisé. Organiser un mariage ou des rites funéraires chrétiens pour des chrétiens d’arrière-plan musulman demeure impossible: un exemple parmi d’autres des difficultés dans la vie privée et familiale. Le partage de la foi chrétienne, même dans le cadre privé, met en danger les convertis mais aussi les chrétiens expatriés qui risquent d’être accusés de prosélytisme et d’être ensuite expulsés.

Principaux mécanismes de persécution

Extrémisme islamique, Totalitarisme

Persécution

Index mondial: 
48
Classement précédent: 
43