Corée du Nord
Drapeau
Dirigeant
Kim-Jong-Un
Population
25 841 000
Chrétiens
400 000
Religion principale
Athéisme, croyances traditionnelles
Gouvernement
Dictature communiste


Contexte

Le culte de la personnalité mis en place par le dictateur Kim Jong-un ne laisse aucune place au christianisme. Dans la rhétorique du parti communiste au pouvoir, les chrétiens sont diabolisés. La société étant très surveillée et les Nord-Coréens endoctrinés, les chrétiens ne disposent d’aucun espace de liberté pour pratiquer leur foi de crainte d’être dénoncés, même au sein de leur famille. Dans le système de classe, ils sont répertoriés dans la catégorie «hostiles».

En 1603, un diplomate coréen rentrant de Chine introduit le christianisme dans le pays. En 1758, le roi l’interdit et il s’ensuit une première vague de persécution. En 1886, des missionnaires protestants s’installent dans le pays, bientôt Pyongyang est surnommée « la Jérusalem de l’Est ». Ensuite, les chrétiens ne cesseront d’être persécutés : sous l’occupation japonaise, pendant la guerre de Corée et après la Seconde Guerre mondiale avec l’arrivée au pouvoir de la dynastie Kim.

Situation des chrétiens

Victimes à la fois du totalitarisme du pouvoir et de l’oppression communiste, les chrétiens n’ont aucune liberté. Si l’on découvre qu’un Nord-Coréen est chrétien, qu’il le soit depuis longtemps (avant la guerre de Corée) ou qu’il se soit converti plus récemment (à l’occasion d’un bref passage en Chine par exemple), il sera éliminé. ll sera tué sur place ou envoyé dans un camp de travail comme prisonnier politique où il vivra dans des conditions inhumaines jusqu’à ce que mort s’ensuive. Sa famille partagera le même sort. Les chrétiens n’ont absolument aucune place dans la société. Se réunir avec d’autres chrétiens est quasiment impossible. Ceux qui s’y risquent le font dans le plus grand secret. Ils cachent leur bible et ne parlent même pas de leur foi à leurs enfants de peur qu’ils les trahissent involontairement. Dans la capitale, on trouve plusieurs églises factices destinées aux touristes. Des figurants sont utilisés pour faire croire au respect de la liberté de religion dans le pays. Ici messe dans une «église catholique». 

Exemple de persécution

Les chrétiens doivent garder leur foi secrète pour pouvoir survivre. En raison des difficultés d’accès à l’information dans le pays, nous n’avons pas relevé de faits violents de persécution durant la période concernée par l’Index, mais cela ne signifie pas qu’il n’y en a pas eu. 

9 janvier 2020 - Le nombre de Nord-Coréens qui ont fui en Corée du Sud via la Chine a diminué : 771 de janvier à septembre 2019, soit 15 % de moins qu’à la même période en 2018. Cette diminution observée depuis plusieurs années s’explique d’une part par la surveillance accrue de la Chine qui rapatrie les transfuges en Corée du Nord. D’autre part, les tarifs des passeurs ont fortement augmenté. Cela signifie que les chrétiens qui arrivent à passer la frontière ont plus de risque de se faire arrêter, rapatrier et renvoyer dans les pires camps de travaux forcés (ceux réservés aux dissidents) du pays si leur foi est découverte. 

Taux de persécution par domaine

La pression sur les chrétiens reste maximale dans tous les domaines de vie, reflet de la paranoïa totalitaire du régime qui veut contrôler jusqu’à la vie privée de ses citoyens. Le niveau de violence est lui aussi élevé: tout chrétien dont la foi est découverte est arrêté, interrogé et envoyé en prison. Il risque l’exécution. 

Principaux mécanismes de persécution 

Oppression communiste, Totalitarisme

Persécution

Index mondial: 
1
Classement précédent: 
1