Iran
Drapeau
Dirigeant
Ali Khamenei
Population
82 821 000
Chrétiens
800 000
Religion principale
Islam
Gouvernement
République islamique


Contexte

La République islamique d’Iran est un régime autoritaire. Elle est dirigée par Hassan Rohani qui, malgré son étiquette de réformiste, ne fait rien pour améliorer le bilan du pays en termes de libertés politique, sociale et religieuse, ce qui se traduit par des arrestations arbitraires et des procès inéquitables. Les autorités considèrent tout ce qui vient de l’Occident comme une menace.

Situation des chrétiens

  • L’Église iranienne est formée d’églises historiques (arméniennes et assyriennes), d’anciens musulmans convertis et de communautés non traditionnelles comme les protestants évangéliques. Les Églises arméniennes et assyriennes sont reconnues et protégées par l’État mais leurs membres sont traités en citoyens de seconde classe.
  • Les chrétiens d’arrière-plan musulman sont les plus touchés par la persécution, surtout de la part du gouvernement. Celui-ci accuse les chrétiens d’être à la solde de l’Occident et de miner la culture islamique du pays. Les responsables chrétiens sont arrêtés, jugés et condamnés à de lourdes peines de prison pour « atteinte à la sécurité nationale ».
  • L’Église s’est implantée en Iran au cours des premiers siècles. Elle a décliné au VIIe siècle avec l’arrivée de l’islam, mais elle a tout de même survécu jusqu’à aujourd’hui. Le protestantisme a fait son entrée dans le pays aux XVIIIe et XIXe siècles, grâce à l’arrivée de missionnaires. Ces dernières années, le nombre de musulmans qui se sont convertis au christianisme a tellement augmenté que le gouvernement a pris des mesures pour tenter d’enrayer ce mouvement (surveillance, arrestations, menaces…).
     

Exemples de persécution

  • 13 novembre 2019 - Le procès en appel de 5 chrétiens d’arrière-plan musulman est reporté. Ils pourraient se voir infliger des peines de prison allant de 5 à 15 ans. Il s’agit de 3 affaires, dont plusieurs touchent la famille du pasteur assyrien Victor Bet Tamraz, arrêté lors d’une fête de Noël en 2014, et son épouse Shamiram Issavi Khabizeh. Ceux-ci sont harcelés depuis 2009.
  • 13 octobre 2019 - Arrêtés en début d’année, 9 chrétiens d’arrière-plan musulman ont été condamnés à 5 ans de prison pour « atteinte à la sécurité de l’État ». En traitant certains d’entre eux d’« apostats », le juge a révélé le vrai chef d’accusation : leur conversion au christianisme. Tous sont membres d’une assemblée de Rasht, dont le pasteur Youcef Nadarkhani a été condamné en juillet 2017 à 10 ans de prison.
  • Début décembre 2018 - À moins d’un mois de Noël, 114 chrétiens ont été arrêtés dans tout le pays. Leur détention a duré de quelques heures à quelques jours. Au total, dans les deux derniers mois de 2018, 256 croyants ont été ainsi arrêtés.
     

Autres groupes religieux persécutés

Bahaïs, musulmans sunnites et soufis.

Evolution de la persécution par domaine

  • La pression particulièrement élevée dans la vie civile et ecclésiale montre que la persécution vient pour l’essentiel du gouvernement. Les chrétiens appartenant à des minorités ethniques ne peuvent exprimer ouvertement leur foi ni tenir de culte en langue farsi. Les convertis de l’islam sont, quant à eux, arrêtés, interrogés, parfois torturés et reçoivent de longues peines de prison.
  • Malgré l’imposant contrôle gouvernemental, les chrétiens arrivent plus facilement à se rencontrer et à organiser des cultes en secret dans les villes que dans les zones rurales.
     

Recommandations politiques

  • Libération des dizaines de chrétiens emprisonnés à cause de leur foi.
  • Retour des églises et du matériel religieux confisqués.
  • Reconnaissance du droit de tout individu à changer de religion.
     

Principaux mécanismes de persécution

Extrémisme islamique, Totalitarisme

Persécution

Index mondial: 
9
Classement précédent: 
9