Erythrée
Drapeau
Dirigeant
Isaias Afwerki
Population
5 432 000
Chrétiens
2 552 000
Religion principale
Islam/Christianisme (orthodoxie)
Gouvernement
Parti unique


Contexte

Outre l’islam, le gouvernement érythréen ne reconnaît officiellement que 3 dénominations chrétiennes: l’Église Orthodoxe d’Érythrée, l’Église catholique et l’Église luthérienne. Les autres dénominations chrétiennes sont illégales. Les chrétiens d’arrière-plan musulman et ceux qui quittent l’Église orthodoxe pour une autre dénomination chrétienne sont persécutés par leur famille et la société. Les Églises protestantes évangéliques sont particulièrement visées par le gouvernement.

Il y a plus de 1 000 ans que le christianisme est présent en Érythrée. En 1864, trois missionnaires suédois protestants s’installent dans le pays, donnant naissance à l’Église luthérienne érythréenne. L’Église évangélique actuelle est née après la Seconde Guerre mondiale.

Situation des chrétiens

Les chrétiens souffrent du régime dictatorial au pouvoir. Les jeunes sont enrôlés de force dans l’armée pour une durée indéfinie, dans des conditions très dures, sans pouvoir invoquer le droit à l’objection de conscience.

Les protestants non luthériens sont discriminés dans l’accès aux services publics, notamment les services sociaux. Victime de la supériorité ecclésiastique des dénominations reconnues, les dénominations non reconnues n’ont ni le droit de pratiquer leur foi ni celui de se réunir. Les forces de sécurité de l'État font des descentes dans les maisons et arrêtent des centaines de chrétiens. Beaucoup sont emprisonnés sans procès et meurent en prison faute de soins médicaux, victimes de torture ou de conditions de détention inhumaines. Certains chrétiens quittent le pays sous la pression et pour fuir la violence cautionnée par l’État.

Dans les régions majoritairement musulmanes, ceux qui deviennent chrétiens souffrent de l’oppression islamique et sont persécutés par leur famille et par la société.

Exemple de persécution

9 septembre 2020 - Une décision liée à la pandémie ? Le gouvernement a libéré sous caution une vingtaine de chrétiens incarcérés depuis des années. Entre 1500 et 3 000 chrétiens restent emprisonnés pour avoir défié la loi de 2002 interdisant toute pratique religieuse en dehors de l'islam sunnite et du christianisme orthodoxe, catholique ou luthérien. Plusieurs sont morts à cause des conditions inhumaines qui prévalent dans les camps de détention. Parmi les prisonniers connus, citons Haile Naigzhi, Futsum Gebrenegus, Gebremedhin Gebregiorsis, Kidane Weldou, Kiflu Gebremeskel, Meron Gebreselasie et Tekleab Menghisteab.

Taux de persécution par domaine

La politique du gouvernement reste la première source de persécution des chrétiens qui font aussi face à une forte intolérance et de nombreuses discriminations dans la société (scores élevés dans la vie civile et la vie sociale).

Principaux mécanismes de persécution

Supériorité ecclésiastique, Totalitarisme

Persécution

Index mondial: 
6
Classement précédent: 
6