République centrafricaine
Drapeau
Dirigeant
Faustin-Archange Touadéra
Population
4 826 000
Chrétiens
3 599 000
Religion principale
Christianisme/Islam
Gouvernement
République


Contexte

En 2013, le pays a sombré dans le chaos. Une grande partie est toujours en proie à la violence. Plusieurs groupes armés se partagent des morceaux de territoire. Les civils, les travailleurs humanitaires et les forces de maintien de la paix sont pris pour cibles. En février 2019, un nouvel « accord politique pour la paix et la réconciliation » a été signé entre le gouvernement et 14 groupes armés.
 

Situation des chrétiens

  • Une majorité de Centrafricains se déclarent chrétiens. Le catholicisme est la dénomination la plus représentée, suivie du protestantisme. Les églises indépendantes se multiplient.
  • Depuis 2013, les chrétiens sont visés par la coalition de mouvements rebelles islamiques, la Séléka (qui agit toujours sous différentes factions), FPRC, UPC et 3R. Dans les régions et quartiers à majorité musulmane, ils sont opprimés quotidiennement. Les responsables chrétiens qui dénoncent ces violences reçoivent des menaces et leurs églises sont pillées et détruites. Les violences ont déplacé des milliers de chrétiens qui vivent dans des camps et qui ont tout perdu. Les chrétiens d’arrière-plan musulman subissent de très fortes pressions de la part de leur famille ; la communauté les ostracise et tente même de les faire revenir à l’islam par la violence.
  • C’est avec l’arrivée des Français dans les années 1880 que le christianisme est devenu majoritaire en Centrafrique. Les catholiques se sont implantés les premiers puis les protestants sont arrivés vers 1921.
     

Exemples de persécution

  • 4 décembre 2018 - Un camp de personnes déplacées géré par une église a été attaqué dans la ville d’Ippy. Des rebelles de l’UPC (Union pour la paix en Centrafrique) ont tiré et les réfugiés ont été contraints de fuir dans la brousse. Au moins trois personnes, dont deux enfants, ont été blessés, mais on ne connaît pas le nombre exact de victimes.
  • 15 novembre 2018 - Dans le Sud-Est du pays, 42 personnes dont 2 prêtres ont été tuées lors de l'attaque de la cathédrale d'Alindao et d'un camp de réfugiés tout proche. Les agresseurs sont des combattants de l'UPC d'Ali Darras, une faction de la coalition musulmane rebelle Séléka. Ils ont pillé et brûlé la cathédrale. Dans le camp de réfugiés, 40 personnes déplacées ont été exécutées, d'autres ont disparu.
     

Autre groupe religieux persécuté

Musulmans ciblés par les anti-balakas (animistes).
 

Evolution de la persécution

  • La violence se maintient à un niveau dramatique, alors que les meurtres ciblés, les agressions physiques, les kidnappings et les destructions d’églises se sont banalisés. Sur certaines parties du territoire contrôlées par les groupes rebelles, la charia est appliquée et les chrétiens sont surveillés et marginalisés par la communauté.
  • Dans le Nord du pays, les groupes rebelles restent très actifs et s’en prennent aux chrétiens, parfois au nom de principes islamistes. Au centre du pays, à Bria, demeure toujours un immense camp de déplacés, où 30 000 réfugiés survivent. La plupart sont des chrétiens.
     

Principaux mécanismes de persécution

Extrémisme islamique, Systèmes de corruption

Persécution

Index mondial: 
25
Classement précédent: 
21