Aman* et Rajesh* sont des partenaires locaux de Portes Ouvertes en Inde, où ils ont apporté une aide Covid à nos frères et sœurs persécutés. Grâce à vos prières et à vos dons généreux, plus de 126'000 chrétiens persécutés en Inde ont reçu une aide d’urgence en 2020.

Aman nous parle de quelques-uns d’entre eux. «Nous avons vu que des pauvres étaient au bord de la famine. Nous avons donc commencé à aider les gens en leur servant des repas; puis nous avons obtenu le soutien de votre organisation et commencé à distribuer des vivres.

Nous avons aidé une chrétienne nommée Swati*, qui vit avec sa fille et sa petite-fille handicapée. Elle récoltait des légumes dans une ferme et gagnait parfois 25 roupies de l’heure. Cela lui permettait de nourrir sa famille. Son mari est mort très tôt et elle a eu beaucoup de peine à élever sa fille.

Sa fille s’est mariée, mais sa belle-famille lui a rendu la vie difficile et son mari a eu une liaison. Elle a bientôt donné naissance à une petite fille, physiquement handicapée. Son mari a divorcé et l’a renvoyée chez Swati. Swati travaillait dur pour subvenir aux besoins de sa fille et de sa petite-fille, mais quand le Covid-19 est arrivé, elle a perdu son emploi.

De nombreuses personnes ont noté son nom pour apporter de l’aide, mais personne n’est revenu. Quand nous l’avons appris, nous lui avons livré des vivres. Elle était très heureuse, a pleuré et a dit: ‹Enfin quelqu’un a pensé à nous!›

Dans une autre famille, l’épouse avait perdu une main dans un accident et son mari souffrait de paralysie. Lorsque nous leur avons rendu visite, ils n’avaient plus rien à manger et aucun espoir de travail car ils étaient journaliers. Nous leur avons fourni des colis alimentaires suffisants pour trois mois.»


«Les gens étaient découragés et inquiets à cause de la pandémie, mais ils ont cherché refuge en Dieu. Quand nous leur avons apporté notre aide, ils ont loué Dieu et nous ont remerciés encore et encore.»
Aman

Rajesh est un autre partenaires de Portes Ouvertes qui a distribué une aide alimentaire vitale aux croyants pendant le confinement. Il a aussi observé que la persécution se mettait à augmenter dans les régions reculées. Même quand les gens n’étaient pas censés sortir dans les rues, les chrétiens étaient la cible d’agressions violentes. Accuser les minorités religieuses de propager le virus était une autre façon de les marginaliser.

Rajesh dit : «De nombreux chrétiens ne pouvaient plus travailler, et lorsque l’aide gouvernementale était distribuée, les dirigeants de leur communauté locale les en excluaient parce qu’ils étaient chrétiens.

Ils ne savaient pas comment ils allaient se nourrir le lendemain. Quand nous leur avons apporté à manger, beaucoup d’entre eux se sont mis à pleurer et ont dit que c’était l’exaucement leurs prières. Ils disaient: ‹C’est le Seigneur qui vous a envoyés en ce moment critique. Dieu a exaucé nos prières, et cela a renforcé notre foi.›»

Merci beaucoup de soutenir notre travail en Inde.


«Nous étions tellement découragés quand ils nous ont ignorés lors de la distribution des secours à tout le village. Mais Dieu nous a montré sa bonté et a pourvu à nos besoins à travers vous.»

Aarti* et sa famille en Inde


* Noms d'emprunt