15.09.2021 / news

Ukraine: une république sécessionniste censure des auteurs protestants

Elles sont qualifiées d'«extrémistes»: 4 œuvres de grands auteurs protestants ont été interdites par les autorités de la République populaire de Louhansk, en Ukraine. 

4 livres, écrits par des auteurs aussi prestigieux que Billy Graham, Charles Spurgeon, Wilhelm Busch ou Wolfgang Bühne ont rejoint en juillet une liste noire: celle des œuvres religieuses interdites en République populaire de Louhansk. En mai, un tribunal de cet État sécessionniste de l'Ukraine avait confisqué ces livres à des chrétiens locaux. Après les avoirs lus, il les a qualifiés d'extrémistes et a décidé de les interdire sur tout le territoire de la république auto-proclamée. 

26 livres interdits

Sur la liste figurent 26 livres, dont 18 écrits par des auteurs protestants. On y trouve également une traduction russe de l'Évangile de Jean. D'après le bureau du procureur général, ces ouvrages «incitent à la discorde religieuse», «promeuvent la supériorité de certains individus sur d'autres sur le seul critère de la religion» et «violent les droits, les libertés et les intérêts» des autres. 

Au delà de la simple confiscation et interdiction de ces œuvres, les autorités affirment «empêcher les chrétiens baptistes de distribuer de la littérature religieuse contenant des propos extrémistes.»

Les baptistes dans le collimateur

Le gouvernement prétend agir pour «défendre les intérêts des générations futures et protéger la république.»

La république populaire de Louhansk et la république populaire de Donetsk sont deux entités non reconnues par l'ONU. Elles sont issues de l'insurrection armée qui sévit dans la région du Donbass (Ukraine orientale) depuis avril 2014.

Dès leur arrivée au pouvoir, leurs gouvernements ont voulu imposer aux groupes religieux autres que l'Église orthodoxe russe de se faire enregistrer. Mais peu y sont parvenus: quand les documents sont déposés, la procédure prend beaucoup de temps, voire n’est pas traitée. Et de facto, les églises ne sont pas enregistrées, ce qui leur est ensuite reproché. Les dénominations qui ne sont pas enregistrées, comme le conseil des églises baptistes, sont considérées comme illégales. Elles s'exposent à des descentes de police, à amendes et à des menaces de poursuites judiciaires. 

Source: Forum 18