09.05.2018 /
Turquie
/ news

Turquie: deuxième audience pour Andrew Brunson

Le 7 mai dernier, le tribunal a entendu des témoins dans l’affaire opposant le pasteur Andrew Brunson à la justice turque. Mais trois des témoins de la défense se sont vu refuser l'autorisation de témoigner au motif qu'ils étaient également tenus pour suspects dans cette affaire. Selon la journaliste Barbara Baker, qui était présente à l'audience, Andrew et son avocat se sont montrés très préparés et persuasifs. Andrew a été encouragé par la présence d'un certain nombre de visages familiers dans la salle, alors que les dirigeants de l'église locale assistaient à une manifestation de soutien en sa faveur.

Andrew a réfuté les accusations portées contre lui, à savoir sa proximité avec le mouvement séparatiste kurde PKK en disant: "Le ministère auquel j’ai consacré ma vie est maintenant chamboulé, je n'ai jamais eu honte d'être un serviteur de Jésus, mais ces affirmations sont honteuses et répugnantes."

Une autre personne présente à l'audience a déclaré qu'Andrew et son avocat ont clairement démontré le caractère mensonger de ces allégations et la dimension purement politique du maintien en détention d'Andrew.

Sandra Jolley, vice-présidente de la Commission internationale de la la liberté religieuse du gouvernement américain, qui a également assisté au procès, a déclaré: «Le public américain et le Congrès ont été très patients, chaque jour qu'Andrew Brunson passe ici emprisonné est un jour où l’image du gouvernement turque pâlit aux yeux non seulement des Etats-Unis mais du monde entier."

Le 4 mai, cinquante députés européens ont soumis une lettre au président Erdogan demandant la libération d'Andrew conformément aux engagements européens et internationaux de la République de Turquie en matière de liberté religieuse, d'interdiction de la détention arbitraire et du droit à un procès équitable. Le ministre turc des Affaires étrangères a répondu que le gouvernement était impuissant à entreprendre quoi que ce soit tant qu'Andrew était entre les mains du pouvoir judiciaire.

La prochaine audience est fixée au 18 juillet.

Source : Middle East Concern