15.04.2019 /
Turquie
/ news

Turquie : les conséquences de l’affaire Brunson

Les chrétiens assistent au durcissement du climat social à leur encontre et les attaques verbales se multiplient.

Portes Ouvertes, Romanel-s-Lsne, le 15 avril 2019 – La tension sociale à l’encontre des chrétiens protestants s’accroit en Turquie. C'est le résultat d'une étude de l'Association des Eglises protestantes turques. En cause, le procès très médiatisé du pasteur américain Andrew Brunson l'année dernière. Selon l'étude, médias et agences gouvernementales ont joué un rôle important dans le durcissement de l’opinion publique.

 Publication de données personnelles et de photos de chrétiens

Le rapport publié récemment fait mention de nombreux cas de « discours de haine » et affirme que les membres de la communauté chrétienne vivent actuellement dans un climat d'insécurité. En 2018, le nombre de conflits faisant « exclusivement référence à la foi » des personnes touchées et relayés dans la presse locale ou sur les réseaux sociaux a nettement augmenté.

Les églises et les chrétiens ont été associés à plusieurs reprises à des organisations terroristes, sans preuves tangibles à l'appui. A contrario, les fausses accusations portées par des témoins anonymes contre Brunson avaient été « rapportées comme si elles étaient vraies ». De manière constante, les églises et les individus ainsi diffamés se sont vu refuser leur droit constitutionnel de répondre aux accusations ou de publier une correction.

Pendant l'affaire Brunson et malgré la loi sur la protection des données personnelles, les médias turcs ont publié des noms, des données personnelles et des photos de chrétiens, discréditant à plusieurs reprises leurs pratiques religieuses. Les chrétiens des villes de Diyarbakir, Mardin, Izmir et Manisa ont alors tenté d'engager des poursuites judiciaires contre ce qu’ils ont nommé de la « propagande insidieuse ». Toutefois, les autorités locales ont soit refusé d'enquêter, soit n'ont pas sanctionné les auteurs de ces actes.

Le nationalisme religieux restreint les chrétiens

Le rapport mentionne qu’à partir de 2018, un nombre indéterminé de membres étrangers de l'Église protestante turque ont été expulsés ou se sont vu refuser leur nouveau permis de séjour. D’autres ont été priés de quitter la Turquie dans les quelques jours suivant le renouvellement de ce dernier. L'Américain David Byle, qui a vécu en Turquie pendant 19 ans, est l’un d’entre eux.

Le rapport met en évidence plusieurs problématiques récurrentes en Turquie, qui ont des répercussions croissantes sur les chrétiens protestants depuis la dernière décennie. Il s'agit notamment de la difficulté de pouvoir organiser des rassemblements religieux dans des lieux reconnus par l’Etat, ainsi que d’obtenir légalement le droit d’enseigner la foi chrétienne, les dispositions légales actuelles interdisant l'enseignement religieux formel pour les religions non musulmanes. 

Le nationalisme religieux très prononcé dans la société turque exerce une forte pression sur les chrétiens. Le gouvernement ne s'oppose pas spécifiquement aux chrétiens, mais le nationalisme imprégnant la société ne leur laisse pratiquement aucune place. Les anciens musulmans qui se tournent vers la foi chrétienne sont particulièrement menacés. 

Selon l'actuel index mondial de persécution de Portes Ouvertes, la Turquie se classe 26ème parmi les pays où les chrétiens sont les plus persécutés.