26.04.2019 /
Sri Lanka
/ news

Sri Lanka: Prions avec nos frères et sœurs traumatisés

C'est l'attentat le plus meurtrier contre des chrétiens à Pâques depuis l'existence de Portes Ouvertes. Au Sri Lanka, nos partenaires sont sur place. Ils nous demandent de prier.

Dès que l’équipe a appris terrible nouvelle, notre collaborateur local Sunil* s’est mis en route vers l’Eglise de Zion à Batticaloa, sur la côte est du Sri Lanka. Arrivé sur place, il a rencontré des chrétiens si traumatisés qu’il leur était très difficile de prier. Et sur toutes les lèvres cette question: «Pourquoi?» Sunil raconte: «J’étais là avec des partenaires de Portes Ouvertes et nous avons prié pour les familles qui avaient perdu des êtres chers, pour les anciens de l’église et pour les nouveaux croyants, afin que ces horribles attaques ne les découragent pas.»

L'Eglise de Zion est l'une des trois églises ciblées ce dimanche de Pâques lors de la série de huit attentats, revendiqués par l’Etat Islamique, qui ont fait 359 morts et plus de 500 blessés.

Le kamikaze, un homme bien habillé avec un sac à dos sur l'épaule, n'avait pas visé spécifiquement l'église évangélique de Zion. L'église la plus connue de la région est une église catholique située sur la rue principale. Il s'y était rendu le matin, mais la messe avait été célébrée la veille au soir. Puis il s’est renseigné si d'autres célébrations avaient lieu ce matin de Pâques et s'est rendu à l'église de Zion, un bâtiment qu'on ne peut voir depuis la rue principale.

Sur place, il s’est conduit comme s'il attendait quelqu'un. Interpellé, il a prétendu attendre sa mère malade et a demandé à quelle heure le culte allait commencer. Plusieurs membres de l'église, y compris la femme du pasteur, ont adressé la parole au kamikaze. L’une d’elles se souvient qu'il transpirait beaucoup. Plusieurs personnes l'ont invité à entrer dans l'église, prendre place et poser son sac à dos.

Batticaloa est une région qui avait été durement touchée par la guerre civile. De ce fait, les habitants sont toujours très vigilants. Ayant remarqué le comportement suspect du visiteur, la communauté a demandé à l’un des leurs de dialoguer avec lui. Ce dernier s’est montré hésitant et a déclaré qu’il devait d'abord passer un coup de fil. Un témoin se souvient que l'explosion s'est produite à l’instant précis où il a utilisé son téléphone.

Au moment de la déflagration, la réunion venait de débuter. La plupart des victimes sont des enfants qui prenaient leur petit-déjeuner après l'école du dimanche, qui a lieu avant le culte.

Dans le passé, nous avons organisé des séminaires pour préparer les membres de l’Eglise de Zion à la persécution et traiter les traumatismes de cette communauté déjà victime de la persécution. Aujourd’hui, notre rôle immédiat consiste à être présents, au nom de l’Eglise, aux différents services funèbres, pleurant avec ceux qui pleurent.

* Prénom d’emprunt