02.04.2020 /
Sri Lanka
/ news

Sri Lanka : le premier ministre Mahinda Rajapaksa encourage le vote d’une loi anti-conversion

Evoquant la nécessité de protéger le bouddhisme cingalais, le premier ministre Mahinda Rajapaksa a soutenu, dans un récent discours largement relayé sur les médias sociaux, la nécessité d’instaurer une loi anti-conversion dans le pays. Les responsables religieux craignent un durcissement des fronts dans un pays au climat déjà tendu.

 

Loi anti-conversion au Sri Lanka : un historique bien fourni

L’idée ne date pas d’hier au Sri Lanka. Un projet de loi anti-conversion a été présenté pour la première fois en 2004 par le parti Jathika Hela Urumaya (JHU), un parti politique nationaliste de droite au Sri Lanka. Il a été présenté à nouveau en 2005, sous le nom de "Projet de loi sur l'interdiction des conversions forcées". Ce projet de loi visait à interdire la conversion forcée de personnes d'une religion à une autre par "l'usage de la force, l'attrait ou tout moyen frauduleux" - termes qui posaient problème car ils n'étaient définis que vaguement.

Au fil des ans, ce projet de loi a été présenté de temps à autre au Parlement mais n'a jamais été adopté parce qu'il n'a pas pu obtenir la majorité des deux tiers des voix en raison de la forte opposition qu'il suscitait. La Cour suprême a même jugé que le projet de loi violait la Constitution.

Le premier ministre remet l’objet sur le tapis

Récemment, contre toute attente, il a été question de relancer le projet de loi anti-conversion, ce qui a alarmé de nombreux chrétiens et dirigeants d'églises dans tout le pays. Lors de la convention annuelle de tous les conseils bouddhistes de Ceylan, l'ancien président et actuel Premier ministre Mahinda Rajapaksa a soulevé la question dans son discours, qui a été largement diffusé dans les médias sociaux.

Il a évoqué la nécessité de protéger le bouddhisme cingalais au Sri Lanka des groupes qui convertissent les familles bouddhistes traditionnelles en d'autres religions. Il a déclaré à son auditoire que le soutien de tous les milieux est nécessaire pour relancer le projet de loi, en disant : "Il y a beaucoup de gens qui s'y opposent et c'est pourquoi nous en sommes au statu quo. Mais si vous le voulez, vous devez le présenter, à l'unanimité, sinon ce sera mon cou qui sera en jeu".

Risque d’aggravation des tensions religieuses

Si ce projet de loi était adopté, non seulement il aggraverait la tension religieuse déjà existante dans le pays, mais il restreindrait considérablement le travail des églises. Les groupes les plus touchés seraient ceux qui servent dans les zones rurales.

Sunil, partenaire de Portes Ouvertes précise que : "dans les zones rurales du pays, la plupart des pasteurs et des implantateurs d'églises sont isolés dans des villages à fortes majorités bouddhistes. Ils rencontrent déjà une opposition tenace de la part des villageois, des autorités locales (dans certaines régions) et d'autres chefs de groupes religieux. Si un tel projet de loi était adopté, ces pasteurs et travailleurs seraient soumis à davantage de discrimination et, en raison des termes vaguement définis, même les actions caritatives pourraient être punies de peines de prison ou d'amendes".