21.06.2019 /
Sri Lanka
/ news

Sri Lanka: La consolation de Dieu dans la détresse

Le 21 avril 2019, des attentats meurtriers ont secoué le Sri Lanka. Plusieurs hôtels et trois églises ont été attaqués, causant la mort de 253 personnes en ce dimanche de Pâques. Tala*, un de nos partenaires sur place, a rendu visite aux chrétiens touchés et rapporte:

Kevin était en 4ème année. Peter aimait le cricket. Malkiya jouait de la trompette. Jackson jouait dans une équipe de basketball. Verlini était maîtresse d'école du dimanche. Ramesh était ancien de l'église. Girija avait quatre enfants. Sinthuri priait une heure chaque jour. Sa fille Anjaleena avait cinq ans.

Leurs visages me regardent du haut d'un drapeau devant leur église et des flyers en noir et blanc que leurs familles ont distribués.

Le pasteur Kumaran est en deuil pour deux amis qu'il a perdus dans l’attentat. Mais il est encore plus éprouvé par le décès de son fils Malkiya, âgé de 12 ans. «Quand je pense à ce qui est arrivé à mon fils, la douleur me tord le ventre», dit-il, les larmes aux yeux. «La question n'est pas pourquoi c'est arrivé, non, je ne poserai pas cette question. La question est plutôt: 'Seigneur, comment traverser cette épreuve'»?

La mère de Malkiya écoute en silence. Mais lorsque nous prenons congé, elle s’exclame: «Je n’ai même plus de larmes!» Et d’ajouter: «Je ne suis pas en colère contre Dieu, ni amère. Il m'a donné douze ans durant lesquels j’ai pu prendre soin de mon fils.» Sur le pas de la porte, Kumaran dit en chuchotant: «Satan est vaincu, mon frère. Remettons-nous au travail.»

Beaucoup d’enfants sont aussi touchés par le deuil. Dukashini, 12 ans, a perdu sa mère Girija dans l'explosion de l’Eglise de Zion. Quand nous rendons visite à sa famille, elle nous dit: «Je suis triste, mais je sais que ma maman est maintenant auprès de notre père céleste.» Son frère Sujiv, âgé de 16 ans, ajoute: «Je ne questionne pas Dieu. Je ne lui demande pas: ‘Pourquoi as-tu pris ma mère?’ Elle est avec Dieu maintenant, et Dieu est avec nous.»

Aide concrète pour les chrétiens de l’Eglise de Zion
Fin mai, lors d'une visite de nos partenaires dans l'Eglise de Zion à Batticaloa, des motos ont pu être rachetées pour six chrétiens qui avaient perdu leur moyen de transport dans l'attaque. Notre collaboratrice Liyoni* raconte: «Notre ami de l’Eglise de Zion nous a accompagnés. Il nous a conduits dans différents magasins et nous a aidés dans les négociations de prix. Par solidarité, deux des commerçants nous ont accordé de très gros rabais. Le pasteur et les bénéficiaires sont très reconnaissants pour cette aide concrète.»

* Prénoms d’emprunt