03.12.2020 /
Irak
/ news

Le souhait de Noël d’un garçon irakien

Fakhri et sa famille vivent dans une relative sécurité à Erbil, dans le nord de l’Irak. Aujourd’hui, il s’est réuni avec seize autres enfants âgés de 8 à 12 ans dans l’église syriaque orthodoxe. Ils sont tout excités et joyeux et se préparent à chanter des chants de Noël. Certains jouent avec leurs feuilles de chant. D’autres écoutent patiemment le père Zachariah (photo) répéter sur l’oud, un instrument à cordes en forme de demi-poire. Le sapin, la crèche, les lumières qui scintillent, la musique – tout cela transmet l’esprit de Noël.


Le Père Zachariah et son oud

Certains détails de ce culte et de l’église sont cependant moins traditionnels. Les murs sont faits de panneaux d’aluminium avec noyau en mousse, comme on en trouve normalement dans les usines ou les entrepôts.

Les enfants habitent Erbil, mais ils viennent d’ailleurs, d’endroits lointains dont la plupart se souviennent à peine. Le père Zachariah a hâte de retourner à Mossoul, à 80 kilomètres à l’ouest. Mais la ville est encore trop dangereuse et les influences ­islamistes radicales trop fortes pour y revenir maintenant. Il célèbre donc Noël ici à Erbil, avec ces enfants et leurs familles, pour la septième année consécutive.

Le chœur interprète des hymnes magnifiques, aux mélodies et aux rythmes uniques, basés sur le rite oriental. S’ils ne sont guère connus du reste de la chrétienté, au moins « Alléluia » est commun aux chrétiens du monde entier !

Les partenaires locaux de Portes Ouvertes s’emploient à aider, depuis leur arrivée à Erbil, les enfants et leurs familles forcés de fuir l’ÉI. Cela a commencé par de l'aide d’urgence et des espaces adaptés aux enfants, et se poursuit avec le traitement des traumatismes, l’éducation et le soutien aux parents pour la création de petites entreprises. Votre soutien et vos prières rendent tout ce travail possible.

Il faut aussi que ces enfants reçoivent de profondes racines chrétiennes. Ils chantent des chants chrétiens et apprennent l’ancienne langue syriaque, proche de l’araméen parlé par Jésus. Ils ont une école du dimanche, qui a parfois lieu même pendant les vacances scolaires. Ils y apprennent des histoires bibliques et ont un « club de lecture », où ils reçoivent une bible pour enfants ou peuvent lire d’autres livres de la bibliothèque, qui a été mise à disposition par Portes ­Ouvertes grâce à votre soutien.

Tiré du magazine de décembre 2020