13.12.2019 /
République centrafricaine
/ news

République centrafricaine: «Levons-nous et bâtissons!»

La République centrafricaine se remet avec peine d’une guerre civile qui a mis le pays à genou et qui a laissé des traces très douloureuses dans de nombreuses vies et familles. Au milieu de cette situation très difficile, des chrétiens se lèvent pour apporter de l’espoir.

Lors d’un voyage sur place en novembre dernier, deux membres de l’équipe de Portes Ouvertes Suisse ont eu l’occasion de rencontrer à Bossangoa le pasteur Richard* qui s’engage dans des projets communautaires permettant à des chrétiens locaux de se relever et de reconstruire.

Les rebelles Séléka, principalement musulmans, ont commis d’horribles exactions durant la guerre civile. Ils ont maintenant été repoussés à 60 km de Bossangoa, mais la population reste constamment en alerte. Et en raison de l’insécurité persistante, de nouveaux déplacés arrivent encore des villes alentours.

Richard témoigne de ce qu’il a vécu: «Un groupe d’autodéfense était commandé par mon frère au moment des événements dramatiques de 2013. Cela a entraîné des représailles sévères. Mon frère a été tué et les rebelles Séléka ont aussi cherché à m’ôter la vie. Nous avons fui et passé huit mois dans la brousse.» Richard a été fortement traumatisé par ce qu’il a subi. Il avait perdu tout espoir et se sentait «comme mort». Il était rempli de rancune et ne pensait qu’à se venger.

L’équipe locale s’est alors rendue à Bossangoa pour donner une formation post-traumatique et aider à démarrer des projets de réhabilitation. Des pasteurs et des victimes, en particulier des veuves, ont été soutenus.

Cette formation a ouvert les yeux à Richard et lui a permis de se relever et de retrouver l’espoir. Aujourd’hui, il se tient fermement debout! Avec d’autres pasteurs, il a fondé une association nommée «Les Bâtisseurs», inspirée de Néhémie 2:18: «Levons-nous et bâtissons!» Richard explique: «Nous sommes devenus des bâtisseurs avec un ministère holistique.» En effet, ce groupe met sur pied aussi bien des séminaires pour les traumatisés que des projets de développement (élevage, agriculture, pharmacie, centre médical).

Richard a également la vision de créer un orphelinat. Les familles de la région accueillent en effet de nombreux orphelins chez elles. Le pasteur vient à son tour d’ouvrir sa maison à onze personnes d’origine musulmane en fuite, rejetées par leur famille et qui avaient marché depuis une ville distante de 85 km. Ce sont les premiers musulmans accueillis ici depuis la crise de 2013-2014. Par cette action, il prend un grand risque, mais il a expliqué à la communauté qu’il le faisait à l’exemple de l’amour de Jésus qui nous demande d’exercer l’hospitalité.

À la fin de la visite, Richard a dit à nos deux voyageurs: «Votre présence a été un encouragement. Nous avions entendu dire que des «Blancs» priaient pour nous, mais nous restions dubitatifs. Nous savons aujourd’hui que vous nous aimez. Priez pour nous. Dites à vos églises comment Dieu nous a relevés, que c’est grâce à vos prières. Votre visite nous a impactés positivement, nous a réconfortés.»

*Prénom d’emprunt