05.03.2021 / news

La persécution selon le genre: Une foi identique, une persécution différente

Cibler hommes et femmes avec une persécution spécifique selon leur sexe porte atteinte non seulement à un individu mais à toute une communauté. C’est ce que révèle notre rapport annuel sur la persécution selon le genre, publié à l’occasion de la Journée internationale des femmes le 8 mars prochain.

Rendant plus vulnérables encore ceux qui le sont déjà, la pandémie exacerbe les persécutions et l’opposition à laquelle de nombreux chrétiens doivent faire face. 

Le confinement dissimule les agressions  

Dans les pays du Golfe, le confinement «a réduit le nombre de personnes dans les rues, rendant à la fois plus facile de cibler les femmes et les jeunes filles chrétiennes, et plus difficile de retrouver celles qui ont été enlevées». Dans les pays voisins de la Chine, des chrétiennes sont exploitées dans de vastes réseaux de traite humaine. La pénurie de femmes qui a résulté de la politique chinoise de l’enfant unique a alimenté un trafic et ouvert la voie à une persécution des plus abominables.

Un effet domino

Quant aux hommes chrétiens, mis au ban de leur communauté via un harcèlement économique sans répit, voire carrément emprisonnés, ils se voient dans l’incapacité à pourvoir aux besoins de leur famille. 
Au Mozambique, l'impact économique de la pandémie sur les familles déjà pauvres a poussé des filles mineures dans des mariages pour «garantir la nourriture de la famille». 
En Amérique latine, la pandémie a également permis aux gangs criminels d'étendre leur contrôle, ce qui a eu un impact sur les hommes chrétiens, où les incidents de recrutement forcé ont augmenté. 

Si les moyens de pression auxquels sont confrontés hommes et femmes diffèrent, leur objectif est le même: affaiblir la famille. Les violences sexuelles et les mariages forcés font du corps des femmes une arme de destruction qui désagrège tout le tissu social d’une Église. Le dommage peut s’étendre sur plusieurs générations lorsque des enfants naissent de ces violences. La honte et le sentiment de rejet viennent miner les victimes et tout leur entourage.

Vers la résilience

Le rapport met en lumière des réponses qui peuvent faire la différence face à la persécution. Les Églises doivent enseigner les vérités bibliques qui aident un homme ou une femme à voir sa vraie valeur, immuable. En mettant en avant la restauration que Dieu offre en Jésus, l’Église peut ouvrir la voie à la reconstruction des victimes et de leur famille.