23.01.2020 /
Nigeria
/ news

Nigéria: Un pasteur exécuté

Le pasteur nigérian Lawan Andimi a été exécuté par Boko Haram qui le tenait en otage depuis le 3 janvier. 

Il a vraisemblablement été décapité par ses ravisseurs. Le lundi 20 janvier, le groupe terroriste islamique Boko Haram a exécuté le pasteur Lawan Andimi dans l'État d'Adamawa au Nigéria.

Le pasteur Lawan Andimi occupait de hautes fonctions dans la Christian Association of Nigeria (CAN), une association qui regroupe plusieurs dénominations chrétiennes au Nigéria. Il avait été enlevé lors d'un raid sur la ville de Michika le 3 janvier dernier. 

Les chrétiens du Nigéria interpellent les autorités

Le président de la CAN, le pasteur Samson Ayokunle, a qualifié ce meurtre «d'horrible, de malheureux et de honte pour le gouvernement fédéral». Dans une déclaration forte déplorant l'incapacité du gouvernement à protéger les citoyens du Nigéria, le directeur des affaires juridiques et publiques de la CAN, Kwamkur Vondip, a déclaré: «Nous rappelons avec tristesse que feu le révérend Lawan Andimi, alors qu'il était en captivité, a lancé un appel passionné aux dirigeants de son église et au gouvernement fédéral pour qu'ils viennent à son secours. L'Église a fait tout ce qui était à sa portée pour obtenir la libération de ce pasteur, mais cela n'a pas été possible.»

Ils avaient appelé sa femme pour la prévenir

Des négociations étaient en cours pour la libération de l'otage contre une rançon. Selon l'évêque Dami Mamza, un dirigeant de la CAN, les terroristes ont rejeté un accord de rançon de 50 millions de Nairas (150'000 francs) et ont demandé 200 millions de Nairas à la place (600'000 francs). Il ajoute: «Ils ont appelé sa femme la semaine dernière, l'informant qu'ils le décapiteraient samedi, mais finalement, ils ont attendu jusqu'à lundi.»

Le pasteur Lawan laisse derrière lui une femme et 9 enfants. Dans une vidéo diffusée par les extrémistes islamiques après son kidnapping, Lawan Andimi s'adressait à ses proches: «N'ayez pas de chagrin pour moi car la volonté de Dieu doit être respectée.»