28.03.2015 /
Nigeria
/ news

Nigeria: Les chrétiens sont chassés systématiquement

En avril, une année se sera écoulée depuis l'enlèvement par Boko Haram des 276 jeunes filles majoritairement chrétiennes de Chibok. Leur détention se prolonge. Cet acte a attiré l'attention des médias une nouvelle fois sur Boko Haram. Il se passe en effet rarement une semaine sans que les médias ne rapportent des offensives sanglantes et des attaques à la bombe perpétrées par les islamistes dans les villes et villages au nord du Nigeria. Or, la persécution et l'expulsion ciblée des chrétiens dans la partie centrale du Nigeria ne sont que très peu évoquées.

Expansion territoriale systématique – le gouvernement laisse faire

Dans le rapport récemment publié „Migration and Violent Conflict in Divided Societies: Non-Boko Haram Violence against Christians in the Middle Belt Region of Nigeria le Nigeria Conflict Security Analysis Network (NCSAN) décrit les attaques que les bergers de la tribu Fulani mènent contre les chrétiens depuis de nombreuses années. Si l'arrière-plan historique est complexe, la stratégie des Fulani, musulmans strictes pour la plupart, est simple. Ils appliquent le concept islamique ‘Dar-ul-Islam‘ qui poursuit le but de forcer les groupes ethniques à entrer dans la maison de l'islam. Pour ce faire, des villages, champs et pâturages sont conquis par la force des armes. Cette interprétation de l'islam permet de soumettre les «infidèles» – c'est-à-dire les non-musulmans – par le pillage, le viol, l'expulsion et même le meurtre.

A l'origine, les Fulani étaient plus répandus dans le nord du Nigeria. A la recherche de pâturages dues aux longues périodes de sécheresse, ils ont pénétré dans les régions centrales du pays principalement habitées par les chrétiens et ont chassé ces derniers par la force. Les autorités musulmanes en place n'ont pas condamné les exactions contre les chrétiens, aspirant à leur tour à une expansion de l'islam. Les Fulani et Boko Haram se soutiennent mutuellement dans leurs attaques meurtrières.

Exemple provenant de l'Etat de Kaduna, dans le sud du pays

Le responsable communal Enock Andong de Fadan Attakar rapporte que les Fulani disposent d'armes ultramodernes qui proviendraient, selon lui, de réserves militaires. «Ils envahissent nos villages, tuent les nôtres, mettent le feu à nos maisons et disparaissent. Beaucoup de chrétiens souffrent de la faim. Ils ne peuvent plus cultiver leurs champs. Des centaines d'enfants ne peuvent plus aller à l'école, les églises dans ces villages ont été complètement anéanties.»

Ignatius Raymond de l'Attakar Community Development Association (ACDA) confirme le rapport et le complète: «Depuis le début des attaques en 2011, au moins 480 chrétiens ont été tués ici, dont beaucoup de femmes et d'enfants. Plus de 3000 maisons ont été détruites, les gens se retrouvent sans abri. Nous nous efforçons de mettre en terme à la violence en engageant la discussion avec les dirigeants.»

Les élections du 28 mars apporteront-elles un grand changement dans le pays? Les chrétiens comptent sur notre soutien dans la prière et espèrent une fin des assassinats.