04.07.2018 /
Nigeria
/ news

Nigéria: l'attaque d'onze villages provoque 200 morts

Au Nigéria, 11 villages ont été attaqués presque simultanément entre le 21 et le 25 juin dans l’État du Plateau. 200 personnes ont perdu la vie dont de nombreux chrétiens. 

 

Dans l’État du Plateau au Nigéria, de nouveaux raids meurtriers ont eu lieu. Entre le 21 et le 25 juin, 11 villages ont été attaqués presque en même temps, faisant des dizaines de morts parmi les chrétiens. Ces violences font suite à une longue séries d'attaques contre les communautés chrétiennes de cet État.

Des centaines de personnes tuées

Des bergers peuls ont lancé des attaques très graves sans discontinuer contre l'ensemble des communautés à majorité chrétienne de l'État du Plateau. Le couvre-feu et la présence de militaires n’ont pas suffi à arrêter les massacres. Des sources locales contactées par Portes Ouvertes ont indiqué que 200 personnes avaient été tuées dans les violences qui ont débuté jeudi dans 11 villages.

Plusieurs faits d'une rare violence ont été recensés :

·         120 personnes qui assistaient aux funérailles d'un membre de l'Église du Christ dans les Nations (COCIN) ont été tuées alors qu'elles rentraient chez elles. 

·         Dans une autre attaque, au village de Gana Ropp, le pasteur Musa Choji, d'une église Assemblée de Dieu, a été tué, ainsi que sa femme et son fils.

·         Le village entier d’un pasteur d’ECWA (l'Église évangélique victorieuse) a été réduit en cendres et plus de 100 personnes ont perdu la vie à la suite d'une attaque samedi.

·         Un autre pasteur à Nghar, dans le district de Gashes, a perdu 14 membres de sa famille. Plus de 50 bergers peuls lourdement armés ont encerclé le village très tôt le matin. Ils ont brûlé toutes les maisons et deux églises. 27 personnes ont été brûlées dans la même maison. Seules quelques personnes ont pu s'échapper.

·         Les villages de Kwi et Dorowa ont été gravement endommagés lundi. Des propriétés ont été incendiées y compris des églises et maisons de pasteurs.

Quelle volonté derrière ces attaques ?

Le Nigeria est divisé en fonction des lignes ethniques et religieuses. L’État central du Plateau est situé entre le Nord, musulman, et le Sud, chrétien et animiste. Jos, sa capitale, regroupe à elle seule presque toutes les ethnies, mais est dirigée par trois tribus majoritairement chrétiennes. De nombreuses églises nigérianes y ont été érigées.

Selon une source locale, «ce qui s'est passé ce week-end va au-delà des affrontements classiques agriculteurs-éleveurs. Cela fait partie d'un grand plan pour islamiser le Nigéria, car la plupart des victimes dormaient dans leurs maisons quand les milices peules ont pris d'assaut leurs villages et les ont tuées.»

Le 22 mai dernier, les chrétiens de Kaduna protestaient déjà contre l'escalade de la violence dans tout le pays. La communauté chrétienne s’inquiète que la violence de ces derniers jours ne soit une tentative de nettoyage ethnique contre elle. Le conflit de la Ceinture Centrale du Nigéria pourrait affecter tout le pays.