20.04.2018 / news

Niger: Enterrement de son fils refusé à un chrétien

Abdou*, un chrétien d'origine musulmane, et sa famille subissent la pression de la communauté villageoise afin qu’ils reviennent à l'islam. Leur situation est très typique du vécu de nombreux chrétiens du Niger.

Pendant trois ans, Abdou a travaillé pour une famille chrétienne. Il avait grandi en tant que musulman, mais grâce à son employeur, il a appris à connaître Jésus et a décidé de le suivre, tout comme sa femme et sa fille de douze ans, Tchima*. Quand Abdou est retourné dans son village reculé, sa vie est devenue extrêmement difficile, car les villageois ont tout fait pour que la famille revienne à l’islam.

Pour la protéger d’un mariage avec un musulman, Abdou a envoyé sa fille chez une tante dans une région avec une population chrétienne plus importante. Mais là, elle a été violée et s’est trouvée enceinte. C'était une telle honte pour ses parents d'accueil qu'ils l’ont mariée à un musulman qui a promis de s'occuper de Tchima et de l'enfant. Mais son mari lui a volé de l'argent et l'a quittée. Traumatisée et déprimée, la jeune femme est finalement retournée chez ses parents.

En début d’année, le fils d'Abdou, âgé de quatre ans, est mort du paludisme. Selon la coutume de la région, Abdou voulait l'enterrer le même jour. Les funérailles sont un événement social important, de nombreuses personnes se réunissent habituellement pour faire le deuil avec la famille concernée. Mais le cas d’Abdou était différent: on lui a interdit d’ensevelir son fils s'il ne revenait pas à l'islam. Sa femme a essayé de l’en dissuader, mais Abdou ne voyait pas d’autre solution. Il a cédé à la pression afin de pouvoir enterrer son fils.

Son épouse a néanmoins persévéré dans sa nouvelle foi. Abdou était remué. Peu de temps après, il s'est repenti et a redédié sa vie à Jésus. «Nous voulons faire un nouveau départ avec le Seigneur», dit Abdou. «Notre désir sincère est de mieux comprendre la Parole de Dieu et de nous attendre entièrement à Jésus.»

Bien que la liberté religieuse soit officiellement garantie au Niger, l'exemple d'Abdou montre que la persécution des chrétiens est bien réelle. Beaucoup de chrétiens sont soumis àune forte pression dans leur vie quotidienne et ne savent comment faire face à la persécution. Portes Ouvertes organise des séminaires afin de leur donner des bases bibliques pour tenir ferme. Nos projets ont pour but de leur assurer également une base économique.

Même si le Niger ne figure pas dans l’Index mondial de persécution 2018, les chrétiens sont persécutés à cause de leur foi en Jésus. C’est pourquoi le pays est sous l'observation de Portes Ouvertes.

*Prénoms d’emprunt