25.09.2020 /
Laos
Myanmar
Bhoutan
Sri Lanka
/ news

Monde bouddhiste: Une persécution de moins en moins «pacifique»

Ils sont accusés de briser «l’harmonie sociale». Dans plusieurs pays d’Asie du Sud-Est, la vie des chrétiens d’arrière-plan bouddhiste se durcit.

Dans les rues de Vientiane, de Mandalay ou de Thimphu, on entend résonner les litanies, les gongs, les invocations aux esprits des ancêtres. Des moines marchent dans la lumière du soleil levant tandis que des fidèles leur offrent du riz. Les temples brillent d’un éclat doré et le parfum de l’encens flotte dans l’air. Un monde de paix? Un pasteur du Bhoutan fait cette remarque: «On dit que le bouddhisme est pacifique. Dans une certaine mesure, c’est vrai. Mais on nous persécute, même pacifiquement.»

Aux yeux des bouddhistes, la présence de chrétiens ou d’autres minorités détruit «l’harmonie sociale» à partir du moment où ils ne suivent pas les traditions. L’un de nos partenaires rapporte que, dans le Nord du Laos, trois familles chrétiennes ont été chassées de leur village car les gens avaient peur que leur présence irrite les divinités locales. Un pasteur explique: «Dans certaines sociétés bouddhistes, on voit les chrétiens comme une malédiction. Sous un angle plus politique, les chrétiens sont accusés de détruire la culture du pays.»

Avec l’arrivée du nationalisme dans lequel la religion devient le principal facteur d’identité des personnes, le bouddhisme s’applique davantage à conserver jalousement ses adeptes et cible principalement la jeunesse. Le pasteur observe des comportements de plus en plus hostiles: «Les moines bouddhistes incitent la population à s’opposer aux chrétiens qui vivent leur foi ouvertement et témoignent de façon active.»

Les chrétiens sont souvent discriminés et rejetés, comme a pu le constater le pasteur Vungh* du Myanmar auprès des chrétiens qu’il accompagne: «La vie est dure! Nous ne pouvons pas vendre notre charbon de bois et notre bois à brûler. Nous n’avons plus suffisamment d’argent pour acheter du riz», lui disent-ils.

Les bouddhistes devenus chrétiens sont régulièrement arrêtés par les autorités. Souvent, ils sont rejetés par leur communauté. Leur famille les bat, les exclut, les prive de leurs biens. Toutefois la grande majorité d’entre eux garde une foi ferme. Outre l’assurance du salut en Christ, ils ont cette promesse dans leur cœur: heureux seront ceux qui sont persécutés pour la justice, car le Royaume des cieux est à eux.

Au Laos, au Myanmar, au Bhoutan et au Sri Lanka, l’Église est vivante et elle grandit. Nos partenaires locaux axent leur travail pour former les familles afin qu’elles résistent mieux à la persécution. Portes Ouvertes fortifie ces chrétiens avec votre aide et par la grâce de Dieu, au moyen de formations bibliques et d’une aide socio-économique. Ils sont alors capables de vivre la vraie paix de Dieu et de la rendre visible au milieu du monde bouddhiste dont le visage se durcit.

*Nom d’emprunt