04.07.2014 /
Malaisie
/ news

Malaisie : Le dernier recours de l’Eglise

L'Eglise malaisienne se bat depuis huit ans devant la justice pour continuer à utiliser le mot «Allah». Pourquoi un tel combat autour de ce mot?

C'est un coup dur pour l'Eglise de Malaisie. La plus haute juridiction du pays vient de décider que l'Eglise catholique n'avait pas le droit d'utiliser le mot «Allah» dans ses publications (plus particulièrement le «Herald»), et notamment dans la Bible. Ce terme signifie «Dieu» en langue malaisienne, et il ne reste plus aux chrétiens que le terme «Tuhan» (Seigneur) pour désigner l'Eternel. Mais «Dieu» et «Seigneur», ce n'est pas la même chose!

La Fédération Chrétienne de Malaisie est déçue par ce verdict prononcé le 23 juin dernier. Le mot «Allah» existait avant la naissance de l'islam, et les chrétiens l'utilisent depuis des siècles. Pour Amnesty International, cette interdiction «viole la liberté d'expression», qui est pourtant protégée par la Constitution malaisienne.

Il reste encore un dernier recours, assez incertain. L'Eglise peut encore demander aux juges de statuer à nouveau sur l'affaire, en espérant qu'ils changent d'avis. Mais les juges accepteront-ils cette demande? La Malaisie était un pays tolérant, mais depuis plusieurs années, les tensions se sont ravivées entre musulmans et chrétiens – et ce verdict n'est qu'un exemple.

L'Eglise de Malaisie regroupe des chrétiens issus de la population d'origine indienne et chinoise et des minorités ethniques en Malaisie orientale, ainsi que quelques croyants d'origine musulmane. Beaucoup sentent que les églises sont surveillées. Pour les anciens musulmans, les choses sont plus difficiles. Ils subissent non seulement des pressions de leurs familles, mais aussi de l'Etat malaisien. (Photo: Bible en malais)