13.01.2021 /
Corée du Nord
/ news

Jamais seuls en Corée du Nord : Pensons aux prisonniers

La Corée du Nord continue d’occuper la tête de liste des pays où les chrétiens sont le plus persécutés. Les images satellites et les ­témoignages de fugitifs dressent un tableau sinistre des camps de prisonniers nord-­coréens. Portes Ouvertes estime qu’un grand nombre de ­prisonniers politiques sont chrétiens. Hébreux 13 : 3 nous invite à penser aux prisonniers comme si nous étions nous-mêmes en ­prison avec eux.

« Pour commencer, ils te prennent ton nom.
Puis ils te prennent ta liberté. Ils te prennent ta santé.
Ils te prennent la présence d’autres personnes.
Ils te prennent tes vêtements. Et tes cheveux.
Finalement, ils te prennent la lumière du jour. »

« Détenue 42 » est le nom qu’elle a reçu dans une prison de Corée du Nord. Elle a été enlevée en pleine rue en Chine par des espions qui traquent les réfugiés nord-coréens et leurs passeurs. Quelques semaines plus tard, elle a été remise aux autorités nord-coréennes. Pendant de nombreux mois, elle a été maintenue en isolement et interrogée sans jamais voir la lumière du jour.

Un rapport de l’ONU de 2014 estime entre 80'000 et 120'000 le nombre des prisonniers politiques dans les camps de travail nord-coréens, mais il pourrait y en avoir jusqu’à 200’000. Selon les estimations de Portes Ouvertes, entre 50'000 et 70'000 d'entre eux sont chrétiens.

Détention avant jugement

« Détenue 42 » a d’abord était placée dans une maison d’arrêt. C’est là en général que les prisonniers sont envoyés en premier. Ils y sont interrogés et torturés. Hannah*, qui a également été enfermée dans un de ces établissements, se souvient du temps qu’elle y a passé : « Ils nous battaient très violemment. S’il n’y avait pas d’interrogatoire, nous devions rester agenouillés dans nos cellules de 5 heures du matin à minuit et n’avions pas le droit de parler. On ne nous donnait ni eau ni nourriture, et nous ne pouvions pas dormir. »

« Détenue 42 » a constamment nié avoir été aidée par des chrétiens chinois. Finalement, le tribunal ne l’a pas reconnue coupable d’être chrétienne. Elle a été condamnée à quatre ans de camp de rééducation.

Travaux forcés et rééducation

« Aller au tribunal était déjà une victoire », dit-elle. Les prisonniers politiques ne sont jamais condamnés, ils disparaissent simplement de leurs cellules. Dans un camp de rééducation, les détenus sont astreints à de durs travaux et doivent tout apprendre sur l’idéologie du juche (djoutché) et la doctrine de Kim Il-sung dans des cours du soir. En général, ils sont envoyés dans un camp proche de chez eux afin que leurs familles puissent leur apporter nourriture et vêtements. Si les prisonniers survivent à leurs années de peine, ils peuvent quitter le camp parce qu’ils ont été « rééduqués ».

Hea Woo* a également connu un de ces camps. Elle se souvient: « Chaque jour était une torture. Des gens mouraient et l’on brûlait leurs corps. Les gardiens dispersaient les cendres sur la route. Chaque jour, je me disais : ‹ Un jour, c’est sur moi qu’on marchera. » Heureusement, elle a finalement pu s’échapper de prison et même de Corée du Nord.

« Chaque journée était un cauchemar »

« Détenue 42 » devait travailler 12 heures par jour. « Chaque jour était un cauchemar. Mais au moins, je n’étais plus seule dans une cellule. Le simple fait d’être dehors et de sentir le vent était incroyable. Au début, je voyais des silhouettes informes en mouvement. Il m’a fallu un moment pour réaliser que c’étaient des personnes. Certaines se tenaient courbées. À d’autres manquait un membre. J’ai regardé mes propres bras et jambes – ils étaient si maigres qu’on aurait dit des allumettes. »

Si « Détenue 42 » avait été envoyée dans un camp pour prisonniers politiques, nous ne connaîtrions pas son histoire.

Ces camps sont réservés à ceux qui ont commis les crimes « les plus graves » et sont considérés comme ennemis de l’État. Ce sont ceux qui osent remettre en question l’autorité de la famille Kim au pouvoir, et les chrétiens en font partie. Il n’y a pas de mesures de rééducation dans ce cas – pour le régime, ces personnes sont allées trop loin. C’est le point de non-retour. Ces prisonniers sont exploités jusqu’au bout – quand ils ne peuvent plus travailler, ils sont exécutés. Parfois, ils sont aussi utilisés pour des expériences.

« Dieu a veillé sur moi. Il m’a empêchée d’abandonner quand j’étais au plus bas. Jésus m’a donné de l’eau vive. Il m’a empêchée de mettre fin à mes jours, il m’a aidée à prier, à crier à lui. »

La Corée du Nord détient également des prisonniers étrangers :

1.  Prisonniers sud-coréens

La Corée du Nord se considère comme seul gouvernement légitime de toute la Corée et considère les Sud-Coréens comme ses propres citoyens. Les Sud-Coréens arrêtés au Nord sont très rarement libérés. Nous avons actuellement connaissance de six prisonniers sud-coréens. La véritable raison de leur arrestation (et parfois de leur enlèvement en Chine) est peut-être qu’ils ont aidé des réfugiés nord-coréens. Ils sont probablement traités aussi durement que les Nord-Coréens.

2. Prisonniers chinois

La Corée du Nord détient également un certain nombre de Chinois d’origine coréenne et de Chinois han. Il s’agit souvent de chrétiens qui ont travaillé avec des réfugiés nord-coréens en Chine et ont été repérés par des espions nord-coréens dans la région frontalière. Ils sont généralement condamnés à 15 ans de travaux forcés..

3. Prisonniers occidentaux

Les prisonniers occidentaux sont en général beaucoup mieux traités que les Nord-Coréens, même si l’on est encore loin des normes occidentales. Kenneth Bae, un Américain d’origine coréenne, a été démasqué comme missionnaire quand un disque dur a été trouvé dans ses bagages alors qu’il dirigeait un voyage organisé en Corée du Nord. Il a été détenu deux ans, mais n’a jamais été battu. « J’ai travaillé dans les champs de 8 heures du matin à 6 heures du soir, transporté des pierres, pelleté du charbon », dit-il. Cependant, il a été autorisé à lire sa Bible et à avoir des contacts avec sa famille.

Tiré du magazine de février 2021