30.11.2019 /
Iran
/ news

Iran: Lettre d'un chrétien en prison

Naser Navard-Goltapeh a été condamné à 10 ans de prison car un Iranien perse n'a pas le droit d'être chrétien en Iran. Il vient d'écrire une lettre ouverte. 

«J'espère que l'amour du Christ sera répandu par la voix des chrétiens emprisonnés dans le monde entier.» C'est ce qu'écrit dans une lettre ouverte Naser Navard-Goltapeh, un Iranien condamné en raison de sa conversion au christianisme. Il remercie également toutes les personnes «qui se battent pour le respect des droits en Iran.»

Par quelle logique? 

Dans sa lettre ouverte publiée le 1er novembre, il s'adresse directement au régime de Téhéran: «Je ne sais pas par quelle logique ou par quel crime cette lourde peine m'a été infligée alors que la Constitution de mon pays garantit la liberté de religion aux minorités religieuses, y compris les chrétiens.»

Le prisonnier dénonce le fait qu'en Iran, «la tenue de cérémonies religieuses, en langue perse, au domicile d'une personne, est considérée comme un acte contre la sécurité nationale de la République islamique.»

Condamné à 10 ans

Naser Navard-Goltapeh, 58 ans, a été condamné en 2017 pour avoir «agi contre la sécurité nationale en créant des églises de maisons illégales.» Depuis, il est incarcéré à la prison Evin de Téhéran.

Il a été arrêté en juin 2016 avec trois autres personnes. Alors que les trois autres ont été libérés et renvoyés dans leur pays natal, l'Azerbaïdjan, Goltapeh a été condamné à 10 ans de prison.

«Constamment persécutés»

Le Rapporteur spécial des Nations Unies sur les Droits de l'Homme en Iran a dernièrement réitéré ses préoccupations concernant le traitement «inquiétant» des minorités religieuses en Iran, y compris les convertis chrétiens, qui, selon lui, sont «constamment persécutés.»

Javaid Rehman, s'exprimant lors d'une conférence de presse à New York le 22 octobre, a déclaré que les églises de maison sont «constamment prises pour cible» par la République islamique d'Iran, et que «toutes les formes de harcèlement et d'intimidation sont malheureusement réservées aux convertis chrétiens.»