26.07.2019 /
Iran
/ news

Iran: Jeune chrétienne visée par le régime

Parce qu'elle a l'audace de parler des droits des chrétiens, Fatemeh Mohammadi (19 ans) s’attire les foudres des autorités iraniennes. Elle a besoin de nos prières.

Fatemeh Mohammadi est en danger. Cette chrétienne de 19 ans est devenue trop visible. Arrêtée en novembre 2017, elle a été condamnée à six mois de prison en raison de sa foi, en avril 2018. A sa libération, Fatemeh a dénoncé publiquement les mauvais traitements subis en prison.

Il y a deux semaines, elle s'est à nouveau retrouvée en prison «parce qu'elle ne portait pas son voile correctement». Fatemeh est restée en détention jusqu’au lendemain matin, avant d’être libérée avec une sévère mise en garde.

Chrétienne d'arrière-plan musulman, Fatemeh défend les droits des MBBs. Elle a même écrit une lettre ouverte au ministre iranien du Renseignement, Mahmoud Alavi. Celui-ci avait «invité» des familles chrétiennes pour leur demander les raisons de leur conversion. Dans sa lettre, Fatemeh lui reproche d’avoir violé l’article 23 de la Constitution iranienne, stipulant que «Nul ne peut être inquiété ou pris à partie en raison de sa croyance.» Elle a ajouté que les agents des services du Renseignement avaient tort de fouiller les propriétés des chrétiens, qui étaient «convoqués» et non «invités», pour «examiner leur opinion et tenter de leur faire renier leur foi».

Dans sa lettre, Fatemeh s’attaque aussi à la rhétorique habituelle de l'Iran selon laquelle les convertis au christianisme sont des agents de l'Occident qui ont reçu une formation importante pour saper la sécurité nationale (voir notre Newsmail du 28.6.19). En précisant que parmi les membres de son église on trouve des femmes au foyer, un vendeur de sandwichs, un ingénieur agricole, un chauffeur de taxi, un étudiant… elle demande: «Ne sommes-nous pas des gens ordinaires, menacés par des agents en civil qui fouillent les maisons et saccagent tout sans hésiter?»

Fatemeh demande également pourquoi les chrétiens sont empêchés de parler de leur foi avec leurs pairs, alors que les musulmans peuvent librement faire de la propagande dans les écoles, les universités et les mosquées. Elle appelle les groupes de défense des Droits de l’Homme à mettre en lumière l’oppression subie par les chrétiens iraniens issus de l’islam.

Fatemeh avait été arrêtée avec Majid Reza Souzanchi (35), toujours détenu à la prison d'Evin à Téhéran et condamné à cinq ans de prison (réduits par la suite à deux ans). Depuis le début de l’année, au moins 37 autres chrétiens ont été arrêtés en Iran.
(Source: Article 18)