21.02.2020 /
Iran
/ news

Iran: Le gouvernement iranien harcèle les chrétiens convertis de l’islam même à l'étranger

Un chrétien iranien converti de l’islam et ayant émigré à l’étranger peut exposer sa famille restée au pays à se voir mise sous pression par les forces de sécurité iraniennes. C'est ce que révèle un rapport co-signé par Portes Ouvertes sur la liberté de religion dans ce pays.

Romanel-s/Lsne, 20 février 2020 - Le sort du chrétien iranien Ismaeil Maghrebinejad montre à quel point les droits de l'homme sont malmenés en Iran. Cet ancien musulman de 65 ans a été condamné à trois ans de prison pour « insulte à la sainte foi islamique sur internet ».

Ismaeil a été reconnu coupable d'avoir diffusé un message reçu sur son téléphone portable se moquant des instances religieuses iraniennes au pouvoir. Cette étrange sentence est basée sur l'article 513 du code pénal islamique et prévoit une peine d’un à cinq ans de prison.

Une pratique pourtant courante

Il est également accusé des délits suivants: « propagande contre la République islamique », car il avait créé une chaîne intitulée « promotion du christianisme protestant » dans Messenger Service Telegram, ainsi que « d’appartenance à un groupe hostile au régime ». Un quatrième chef d’accusation, l’apostasie, pour lequel une condamnation à mort aurait pu être prononcée, a été abandonné lors d'une audience du tribunal en novembre. Mansour Borji, directeur de l'organisation des droits de l'homme « Article 18 », a qualifié le verdict de « réaction disproportionnée à quelque chose de si banal ».

Il soupçonne : « Les autres accusations [...] sont liées à sa conversion au christianisme. Cela pourrait révéler la véritable raison pour laquelle il a été accusé de quelque chose que la plupart des Iraniens ordinaires font tous les jours. »

Les ecclésiastiques exigent l'exécution des convertis

Ismaeil Maghrebinejad est un exemple typique de la manière dont les convertis sont traités en Iran. Récemment, Portes Ouvertes, en collaboration avec Article 18, Christian Solidarity Worldwide et Middle East Concern, a publié un rapport sur la politique de discrimination et les attaques menées contre les chrétiens en Iran en 2019.

Le rapport conclut, entre autres, que « les dirigeants religieux et politiques en Iran continuent de condamner publiquement la foi chrétienne et de préconiser l'exécution des convertis chrétiens en tant qu' « apostats de l'Islam ». Les services de renseignements iraniens collaborent avec des religieux pour empêcher les conversions au christianisme. »

Danger croissant pour les parents de convertis vivant à l'étranger

Le rapport mentionne également un nouveau développement : « Plusieurs rapports signalent une pratique nouvelle opérée par les forces de sécurité iraniennes en 2019. Elle consiste à harceler les membres de la famille de chrétiens iraniens vivants à l'étranger ». Même si ces membres de la famille ne sont pas nécessairement chrétiens. Par exemple, des employés des services secrets iraniens avaient rendu visite à plusieurs reprises aux parents d'un converti ayant fui aux États-Unis, « pour faire pression sur eux et nuire à leur réputation publique ».

Dans l’Index mondial de Persécution, l'Iran occupe actuellement le 9e rang des pays où les chrétiens sont le plus fortement persécutés en raison de leur foi.